Minnesota Wild v Vegas Golden Knights

Crédit : AFP

LNH

La rédemption de Devan Dubnyk

Publié | Mis à jour

Le gardien du Wild du Minnesota Devan Dubnyk approche de la marque des 500 parties en carrière, mais qui aurait cru qu’il atteindrait un tel plateau après avoir atteint les bas-fonds en 2014?

Après quelques saisons honnêtes en tant que deuxième gardien chez les Oilers d’Edmonton, Dubnyk a connu des difficultés lors de la saison 2013-2014 et a chuté jusqu’à la Ligue américaine, avec les Bulldogs de Hamilton, l’ancien club-école du Canadien de Montréal.

Échangé au Wild à la mi-saison en 2014-2015, le gardien originaire de la Saskatchewan a connu un parcours digne d’un conte de fées. Venu en relève à Niklas Backstrom, blessé, Dubnyk a montré une fiche de 27-9-2 en 39 parties avec Minnesota et a terminé troisième au scrutin pour le trophée Vézina, remporté par Carey Price.

«C’est impossible de passer à travers toutes ces années sans accalmies ou que tout ira toujours bien, a mentionné Dubnyk au quotidien “Minnesota Star Tribune”, mardi. C’est sûr que tu ne veux pas que ça aille mal dès le début de la saison, mais chaque année est unique à sa façon de par ses défis.»

Blessure et contre-performances

Si la campagne actuelle est plus difficile du côté du Wild, les précédentes ont été beaucoup plus productives pour Dubnyk, lui qui a atteint le plateau des 30 victoires lors des six dernières saisons.

Cependant, le vétéran de 11 saisons dans la Ligue nationale de hockey est d’avis que son jeu n’est pas à la hauteur de ses performances habituelles. «On ne devrait pas être dans cette situation en ce moment, a admis Dubnyk, alors que son équipe flirte avec le dernier rang dans l’Association de l’Ouest. C’est pour ça que c’est frustrant. [...]Ce n’est pas plaisant.»

Dubnyk montre des statistiques peu flatteuses en ce début de campagne. Il accorde notamment une moyenne de 3,68 buts par match et son pourcentage d’arrêts se maintient à ,883. De plus, une blessure au haut du corps l’a gardé à l’écart du jeu pour une semaine, ce qui a donné plus de temps de jeu à l’adjoint de Dubnyk, Alex Stalock.