LNH

«J’étais écœuré de la saison» - Brassard

Publié | Mis à jour

Derick Brassard est le plus heureux des hommes avec les Islanders.

Après avoir passé la dernière saison avec trois équipes différentes, l’attaquant québécois est ravi de se trouver aujourd’hui avec le club de l’heure dans la LNH. À la surprise générale, les New-Yorkais traversent actuellement une série de 10 victoires, eux qui ont disputé 14 matchs au total cette saison.

Quel est le secret des Islanders?

«C’est notre engagement envers notre système de jeu et notre façon de travailler à tous les matchs qui font la différence», a répondu Brassard en entrevue à l’émission JiC, mercredi. À voir dans la vidéo ci-dessus.

«Mes nouveaux coéquipiers m’impressionnent, a-t-il enchaîné. C’est l’un des meilleurs groupes que j’ai vus dans la LNH. Tout le monde travaille fort et est sur la même longueur d’onde. Nous sommes bien préparés, ce qui nous rend difficiles à affronter. J’aime notre attitude et notre approche.

«Gagner 10 matchs de suite, je n’avais jamais vécu ça. Mais ce n’est pas un sujet dont on parle dans le vestiaire. Tout va bien en ce moment, mais on ne s’enfle pas la tête avec notre séquence de victoires.»

Selon Brassard, une bonne partie du crédit revient à l’entraîneur-chef Barry Trotz.

«La plus grande force de Trotz, c’est de soutirer le meilleur de ses joueurs, a-t-il soutenu. Il utilise tous les joueurs, alors tout le monde se sent important. Tu veux jouer pour un gars comme lui. Nous sommes toujours mieux préparés que les équipes que nous affrontons.»

On efface et on recommence

Le vétéran de 32 ans était mûr pour un nouveau départ, après une dernière saison à oublier. Il a commencé celle-ci avec les Penguins, qui l’ont échangé aux Panthers en février. Il a ensuite terminé la campagne avec l’Avalanche.

«Lorsque je regarde la dernière saison, c’était la première fois de ma carrière que j’avais hâte que ça finisse. J’étais écœuré de la saison. C’était vraiment difficile mentalement de changer d’équipe comme ça.»

Brassard a rapidement été séduit par les Islanders, avec qui il a accepté cet été un contrat d’un an d’une valeur de 1,2 million de dollars.

«Quand j’ai rencontré Lou Lamoriello et Trotz, ils m’ont dit les attentes qu’ils avaient à mon endroit. Je savais c’était quoi leur plan avec moi. Je me sentais vraiment confortable de venir ici.

«Je savais que j’étais encore capable d’aider une équipe. En ce moment, les choses vont bien. Je joue dans une bonne équipe qui me donne l’occasion de connaître du succès. C’est tout ce que je demande.»

Impressionné par Beauvillier

Par ailleurs, Brassard sert de mentor pour les jeunes joueurs de l’organisation new-yorkaise, dont un autre attaquant québécois : Anthony Beauvillier. Et il ne tarit pas d’éloges à son endroit.

«Il m’impressionne beaucoup. Je joue avec lui et Brock Nelson et il est la bougie d’allumage de notre trio. C’est un gars travaillant avec une très bonne attitude. Il a toutes les qualités pour avoir du succès. Il n’a que 22 ans. Il a un bel avenir devant lui.»

Beauvillier et Brassard ont récolté respectivement huit et sept points en 14 matchs cette saison.