Canadiens de Montréal

Claude Julien : 12 moments marquants de sa carrière

Publié | Mis à jour

Mardi, le pilote du Canadien de Montréal Claude Julien a dirigé son 1200e match dans la Ligue nationale (LNH), un rare plateau que seuls 18 autres entraîneurs peuvent se vanter d'avoir atteint.

Et c'est sans compter qu'il l’a fait contre l'équipe avec laquelle il a remporté son seul championnat: les Bruins de Boston.

 

Toujours très humble, le Franco-Ontarien a avoué à Jean-François Chaumont, du «Journal de Montréal», que «quand tu dures aussi longtemps que ça, c’est parce que tu es entouré de bonnes personnes.

Tes adjoints, même les joueurs, jouent un gros rôle dans le succès d’un "coach". Il faut que ces choses-là tombent en place».

Cependant, il faut rendre à César ce qui revient à César: Julien a connu une carrière exceptionnelle dans la LNH en tant qu'entraîneur et il mérite bien un petit hommage, un rappel des faits, si ce n'est que pour sa longévité dans le circuit Bettman.

-13 novembre 1984 : premier match professionnel

Il y a presque 35 ans, jour pour jour, le défenseur non repêché glisse sur la patinoire du Colisée de Québec pour la première fois en tant que professionnel, et ce, dans l'uniforme des Nordiques.

Il a disputé 13 autres matchs dans la LNH ainsi que 469 parties dans la Ligue américaine. Il a accroché ses patins en 1991-1992.

À peine quatre ans séparent son retour comme entraîneur et le début d'un parcours qui lui permettra de laisser sa trace dans la LNH.

-15 mai 1997 : impact immédiat

Recruté par les Olympiques de Hull avant le début du calendrier 1996-1997, Julien propulse l'équipe hôte à une conquête de la Coupe Memorial.

C'est ce qu'on appelle faire sentir sa présence.

-17 janvier 2003 : baptême de feu

Julien remplace Michel Therrien pour la première fois derrière le banc du CH, après un séjour de deux saisons et demie avec le club-école du Canadien à l'époque, les Bulldogs de Hamilton.

Il doit attendre jusqu'au 20 janvier 2003 pour signer sa première victoire en tant qu'entraîneur: un gain de 3 à 2 contre les Panthers de la Floride.

Le Tricolore ne participe toutefois pas aux séries cette saison-là.

-7 avril 2004 : la grande scène

Devinez contre qui Julien a dirigé son premier match éliminatoire? Les Bruins!

Bien que les siens tirent de l'arrière 3 à 1 dans la série, ses hommes remportent trois parties consécutives avant de se faire balayer en quart de finale par le Lightning de Tampa Bay.

-14 janvier 2006 : ce n'est pas un au revoir

Au retour du lock-out de la saison 2004-2005, Julien connaît un début de saison difficile et est remplacé par Bob Gainey, peu de temps après les Fêtes.

-2 avril 2007 : euh?

Les Devils présentent une fiche de 47-24-8, mais les dirigeants du New Jersey remercient tout de même Claude Julien avec trois matchs à jouer.

-15 juin 2011 : mission accomplie

À sa quatrième saison à la barre des Bruins, il réalise le rêve de tout entraîneur: il remporte la coupe Stanley, Boston triomphant contre les Canucks de Vancouver.

-13 février 2016 : et de 500!

Boston vainc le Wild du Minnesota et permet à Julien de devenir le 25e entraîneur à cumuler 500 victoires dans la LNH.

-4 février 2017 : dernier tour de piste

Après 760 rencontres avec Julien derrière le banc des «Big Bad Bruins», Boston estime qu'un changement de leadership est nécessaire.

Il peut quitter le Massachusetts la tête haute: il a remporté 419 parties et une coupe Stanley, en plus de s'incliner en six matchs contre les Blackhawks de Chicago lors de la finale 2013. Il a aussi raflé le trophée Jack Adams en 2008-2009, en plus de mener ses troupes au Trophée des présidents en 2013-2014.

-14 février 2017 : la saison des amours

Rapidement courtisé par le Canadien, il accepte un nouveau contrat qui lui rapporte 5 millions $ par saison jusqu'en 2021-2022.

Pour la deuxième fois, il remplace... Michel Therrien.

-23 février 2017 : un autre plateau

Le troisième match de son deuxième séjour à Montréal lui permet d'atteindre le plateau des 1000 matchs dirigés derrière un banc de la LNH. Quoi de mieux que de réaliser cet exploit avec la formation qui lui a accordé sa première chance?

Crédit photo : AFP

 

-5 novembre 2019 : un club sélect

Il dirige son 1200e match, à domicile, contre son ancienne équipe, les Bruins.

À 59 ans, qui sait combien de matchs il lui reste derrière la cravate? Sera-t-il l'entraîneur à soulever la 25e coupe du Bleu-Blanc-Rouge?