Crédit : AFP

LNH

Les «Dead Wings» sont de retour

Agence QMI

Publié | Mis à jour

Après un départ prometteur, durant lequel ils ont gagné trois de leurs quatre premiers matchs de la saison, les Red Wings de Detroit sont de retour au bas du classement de la Ligue nationale de hockey.  

Encore une fois, la troupe de l’entraîneur-chef Jeff Blashill a offert une contre-performance, lundi, s’inclinant 6 à 1 devant les Predators de Nashville. Elle a du même coup encaissé un troisième échec consécutif et toutes les défaites de cette séquence ont été de vraies dégelées, puisque les Wings avaient plié l’échine par quatre buts contre les Hurricanes de la Caroline, vendredi, et les Panthers de la Floride le lendemain.    

Avec le pire dossier du circuit Bettman, Detroit (4-11-1) voit déjà ses chances de participation aux séries éliminatoires s’envoler. Cependant, avant de faire des mathématiques, les joueurs de l’équipe devront trouver une solution sur la patinoire.  

«Je pense que la confiance est le problème actuellement, a commenté au site NHL.com l’attaquant Dylan Larkin. Nous avons un bon groupe de gars ici, mais il faut identifier un fil conducteur et retrouver notre assurance en nous-mêmes. On doit se battre pour chacun d’entre nous et nos partisans.»  

Blashill sur la corde raide  

À mesure que les revers s’empilent, le nom de l’entraîneur-chef Jeff Blashill est prononcé plus souvent dans les discussions concernant de possibles congédiements dans la ligue. Néanmoins, ses troupiers semblent prêts à aller au front pour lui.  

«"Blash" se présente quotidiennement pour travailler. Il mise sur le processus et personne ne le remet en question. C’est un gars dédié, il a tellement fait de choses pour nous, a précisé Larkin au journal Detroit Free Press. Nous ne blâmons pas autrui; cela ne ferait qu’empirer la situation. Il faut se regrouper, car désigner un coupable ne nous amènera pas à l’endroit voulu. "Blash" et toute son équipe ont travaillé fort pour nous placer en bonne posture.»  

«Je ne suis pas inquiet à savoir si son message passe, a-t-il poursuivi. Je crois que les gars oeuvrent sur une base régulière. À part de cela, je ne peux en dire plus, je n’ai pas songé à ça un instant. Notre personnel d’instructeurs s’assure que nous soyons prêts à jouer. Il faut ensuite prendre les décisions justes et effectuer les bons jeux sur la glace.»