HKN-HKO-SPO-VANCOUVER-CANUCKS-V-CALGARY-FLAMES

Crédit : AFP

LNH

C’est l’autre qui a commencé, dit essentiellement Lucic

Publié | Mis à jour

Suspendu pour deux rencontres après s’en être violemment pris à un joueur des Blue Jackets il y a quelques jours, l’attaquant des Flames de Calgary Milan Lucic a défendu son geste, mardi, à la sortie de l’entraînement des siens.

Lucic s’en est pris à Kole Sherwood, samedi soir, après que ce dernier eût asséné un coup de bâton au gardien des Flames, David Rittich. Sherwood, qui ne semblait pas s’attendre à une telle réaction de Lucic, s’est pris un coup de poing en plein visage et s’est retrouvé sur la glace.

Si Sherwood a été puni pour son coup, la LNH a aussi trouvé la réaction de Lucic exagérément violente et a choisi de sévir.

«C'est important de protéger tes coéquipiers et ton gardien, a indiqué Lucic. Dans la vidéo, ils déplorent un certain nombre de choses, mais elles sont toutes en réaction à un geste répréhensible au départ. C'est comme dans une cour d'école. Tu dois te défendre et tes coéquipiers, sinon ils vont te marcher dessus.»

Il a en quelque sorte reproché à Sherwood de ne pas s’être préparé à se faire tabasser après avoir donné le coup de bâton à Rittich.

«Tu y vas dur, dans une mêlée comme ça, parce que tu t'attends à voir les gars se défendre, a souligné Lucic. Dans la boxe, et je ne dis que le hockey, c'est de la boxe, mais l'arbitre dit toujours aux boxeurs de se protéger quoi qu'il advienne et je pense que c'est pareil au hockey.»

Conscient d’un certain changement de culture quant à la violence dans le hockey, Lucic admet que désormais, il y a des joueurs qui n’ont pas ce réflexe permanent d’auto-défense dans la LNH.

«Peut-être que dans le futur, avec des gars qui n'ont pas ce réflexe, je vais y aller moins fort, mais c'est difficile quand ce n'est pas dans ta nature, a-t-il indiqué. Je pense que l'important, c'est d'éviter la tête.»

Lucic a aussi invité ceux qui ont qualifié son geste de coup sournois («suckerpunch») à revoir la définition de cette expression, car ce n’est pas, selon lui, ce qu’il a fait.