BOX-SPO-CANELO-ALVAREZ-V-SERGEY-KOVALEV

Crédit : AFP

Boxe

«Canelo» contre Beterbiev, Kovalev contre Bivol?

«Canelo» contre Beterbiev, Kovalev contre Bivol?

Nancy Audet

Publié 04 novembre
Mis à jour 04 novembre

Je vous avoue qu’après sa défaite contre Saul «Canelo» Alvarez, je pensais entendre parler de retraite dans le cas de Sergey Kovalev. À 36 ans, les meilleures années du Russe sont derrière lui.

Qui plus est, sa dernière bourse lui a permis d’assurer son avenir et celui de sa famille. On parle ici de plus de 12 millions $. Il ne fera plus jamais autant d’argent.

Mais quelle ne fut ma surprise en parlant à sa promotrice Kathy Duva ce matin. Kovalev lui a dit qu’il n’a pas l’intention d’accrocher ses gants. Il a signé un contrat de deux combats avec DAZN et il l’intention de l’honorer. Ses choix : Dmitry Bivol et Artur Beterbiev.

Permettez-moi d’en douter.

Bivol peut-être. Il voudra assurément essayer de mettre la main sur une autre ceinture. Pour Beterbiev, je pense que Kovalev n’a jamais eu l’intention de l’affronter. Il a reçu plusieurs offres qu’il a toujours refusées. Je ne vois pas pourquoi soudainement, il accepterait. En plus, Kovalev est avec DAZN et Beterbiev avec ESPN. Deux planètes très loin l’une de l’autre.

BOX-SPO-CANELO-ALVAREZ-V-SERGEY-KOVALEV
Crédit photo : AFP

«Canelo» a l’embarras du choix

Eddy Reynoso, l’entraîneur de «Canelo», soutient que son boxeur serait prêt à affronter Artur Beterbiev. Il avance même que Kovalev est meilleur que Beterbiev. Je la trouve bien bonne. Et vous?

Alvarez est un grand boxeur. Un des meilleurs du monde. Il l’a une fois de plus prouvé le week-end dernier en remportant un titre dans une quatrième catégorie de poids. Il est peut-être courageux, mais il n’est pas fou. Je ne crois pas qu’il va s’approcher du champion unifié chez les mi-lourds. L’agent de Beterbiev me dit que son client accepterait ce duel sur le champ. Suffit d’envoyer le contrat.

DAZN voudra rentabiliser le contrat de 365 millions $ qu’elle a fait signer à la star mexicaine. Il lui reste encore huit combats à disputer. Quelles sont les meilleures options?

GGG

Questionné encore une fois sur une possible trilogie avec Gennadiy Golovkin, «Canelo» a été clair. Ce troisième duel ne représente pas un défi pour lui. Mais il n’a pas complètement fermé la porte non plus.

«Si c’est la bonne business, pourquoi pas?»

Les deux sont sous contrat avec DAZN, alors l’organisation de ce duel sera un jeu d’enfant. Par contre, GGG a déjà accepté d’affronter son aspirant obligatoire, Kamil Szeremeta, à la fin du mois de février.

SPO-BOX-GBP-GENNADY-GOLOVKIN-V-CANELO-ALVAREZ
Crédit photo : AFP

Demetrius Andrade dans un duel d’unification?

Cet affrontement me semble le plus probable. Comme le disait en entrevue le boxeur Mikael Zewski, je crois que «Canelo» doit effectuer un retour à 160 livres. C’est à ce poids qu’il est le plus dangereux. Oui, il a gagné contre Kovalev à 175 livres. Mais je ne crois pas qu’il doit prendre de risques inutiles en affrontant des gars comme Bivol et Beterbiev.

Le Mexicain possède le titre WBA chez les poids moyens. Un duel d’unification contre Demetrius Andrade, champion WBO, semble une excellente option. Les deux possèdent des contrats avec le même diffuseur. Par contre, «Canelo» ne veut rien savoir. Selon lui, Andrade n’a pas un résumé intéressant et il est endormant.

«Il est un peut-être un bon boxeur, mais son style est endormant, affirme-t-il. Je préfère les combats où il y a de l’action et que les amateurs profitent d’un bon spectacle.»

Les négociations pour son prochain combat risquent donc d’être compliquées. Rien ne va plus entre le nouveau champion du monde WBO des poids mi-lourds et son promoteur Oscar De La Hoya. «Canelo» ne se gêne même plus pour le dénigrer publiquement. Il dénonce notamment son manque de loyauté. Ce duel à l’extérieur des câbles s’annonce virulent.

Dossier Artur Beterbiev

L'agent d'Artur Beterbiev me confirme que Montréal est le choix numéro un pour son prochain combat. Le champion unifié doit affronter son aspirant obligatoire à l’IBF, Fanlong Meng. Le champion unifié a refusé d’aller en Chine pour l’affrontement. C’est lui le champion et il n’y a pas de raison de se rendre dans le clan de l’ennemi.

Conférence de presse Artur Beterbiev
Crédit photo : Ben Pelosse / JdeM

Ce qui rend les choses compliquées, c’est que le boxeur russe n’a pas une base de partisans solide. Le temps presse et ce sera à son équipe de rapidement améliorer la promotion entourant son client. Top Rank espère organiser ce duel à la fin du mois de février ou au début mars. On amorce les négociations.

Le Centre Bell semble disponible le 22 février et le 7 mars. Allez! Il est plus que temps de ramener Beterbiev à Montréal, où il a amorcé sa carrière en 2013.