Patinage

Kim Boutin tombe pile pour la Coupe du monde à Montréal

Publié | Mis à jour

En regardant les faits, le contraste est frappant.

En mai dernier, Kim Boutin songeait à la retraite. Aujourd’hui, la patineuse de vitesse courte piste est la seule femme à avoir franchi 500 mètres en moins de 42 secondes.

Que s’est-il produit?

Dans sa période de remise en question, Boutin a pris l’été pour s’entraîner ailleurs qu’en sol canadien. Force est de constater que cette décision, une quête personnelle plutôt qu’un désaveu du programme national de développement canadien, a rapporté gros à l’athlète originaire de Sherbrooke.

«Ce fut quand même une période de questionnement pour moi, a-t-elle avoué en entrevue à l’émission JiC sur les ondes de TVA Sports, lundi. Le fait de me ressourcer, de sortir de mon milieu pour prendre un peu du recul sur comment j’ai envie de poursuivre comme athlète, oui, clairement ça m’a fait du bien pour repartir sur des bonnes bases.»

Une médaille d’or, un record à 41,938 secondes sur le chemin de la victoire en quarts de finale : Boutin ne pouvait espérer mieux à la Coupe du monde de Salt Lake City, dimanche, une semaine avant son arrivée à la maison pour la Coupe du monde de Montréal.

«Ç’a été un week-end complètement de feu, s’est réjoui Boutin. J’ai patiné comme je sais très bien patiner. La compétition à Montréal tombe parfaitement. J’encourage tout le monde à venir nous voir à l’aréna Maurice-Richard. Les meilleures seront là.»

On viendra te voir, Kim. Qualifications prévues vendredi; l’ensemble des épreuves éliminatoires auront lieu samedi et dimanche. Boutin tentera d’ajouter un autre triomphe en championnat mondial à un palmarès où figurent déjà, entre autres, trois médailles olympiques d’argent (1000 m) et de bronze (500 m, 1500 m), décrochées aux Jeux d’hiver de Pyeongchang 2018.