Photo : Justin Barron, défenseur des Mooseheads de Halifax dans la LHJMQ. Crédit : Christian Leduc/Agence QMI

LNH

Justin Barron bien conseillé

Agence QMI / Kevin Dubé

Publié | Mis à jour

Les joueurs à leur année de repêchage reçoivent de nombreux conseils d’un peu tout le monde sur la meilleure façon de gérer cette année chargée en émotions. Certains utiles, d’autres un peu moins, mais quand le conseil vient du quatrième choix au total du dernier repêchage, disons qu’il a plus de portée.

L’espoir de premier plan en vue du repêchage de 2020 et défenseur des Mooseheads d’Halifax Justin Barron a eu cette chance l’été dernier lors de la Vitrine estivale de Hockey Canada alors qu’on l’a placé à la droite de Bowen Byram, que l’Avalanche du Colorado a choisi au quatrième échelon à Vancouver en juin dernier.

L’arrière droitier a donc eu l’opportunité de discuter davantage avec celui qui est maintenant considéré comme l’un des meilleurs espoirs à la position de défenseur.

«Le meilleur conseil que j’ai reçu en lien avec l’année de repêchage est provenu de Bowen Byram. Il m’a simplement dit que si je n’avais pas de plaisir à jouer au hockey, il n’y avait aucun point de continuer. C’est resté dans ma tête depuis ce temps et j’essaie de l’appliquer cette année. L’année de repêchage n’arrive qu’une seule fois dans une vie alors je veux en profiter.»

Il serait surprenant que Barron reste assis bien longtemps dans les gradins du Centre Bell en juin prochain. S’il est encore tôt pour y aller de prédictions, plusieurs voient le défenseur comme l’un des deux meilleurs joueurs à sa position admissible au prochain repêchage, avec le défenseur ontarien des Otters d’Érié Jamie Drysdale.

L’exemple de Morgan

Parmi les autres conseils qu’il a mis en banque, on peut compter ceux de son frère Morgan, repêché en sixième ronde par les Rangers de New York en 2017.

«Ce que j’ai appris de mon frère, c’est qu’il est important de rester positif toute l’année malgré les embûches. Il a été blessé à son année de repêchage, mais il n’a jamais perdu son optimisme.»

La situation des deux frères est toutefois un peu différente. Morgan n’a jamais été considéré comme un espoir de premier plan comme son plus jeune frère. Il a donc pris la décision de s’enrôler avec l’Université Cornell dans la NCAA dans le but d’y jouer quelques saisons avant de faire le saut chez les professionnels.

Quant à Justin, il a aussi pensé jouer aux États-Unis, mais a finalement décidé que la LHJMQ était la meilleure option pour un espoir de premier plan comme lui.

«Quand les Mooseheads m’ont repêché, c’était la meilleure situation pour moi. Ça me permettait de demeurer chez moi, de rester à la même école en plus de jouer pour une organisation de premier plan», a mentionné le natif d’Halifax.

Responsabilités accrues

Après avoir joué un rôle important à l’âge de 17 ans l’an dernier avec les Mooseheads dans leur périple en finale de la Coupe du Président et à la Coupe Memorial, Barron est cette année le pilier de la brigade défensive des Mooseheads en l’absence de Jared McIsaac, sur le carreau depuis le début de la campagne et qui se remet toujours d’une opération à l’épaule subie en juin dernier.

«Les opportunités sont là pour moi cette année et ça me plaît. Je suis heureux de mon jeu jusqu’à maintenant. Nous avons encore une bonne brigade défensive à Halifax et j’ai la chance de jouer avec mon partenaire de l’an dernier, Patrick Kyte. J’ai eu l’occasion de jouer de grosses minutes l’an dernier et j’ai pris beaucoup d’expérience. J’ai appris beaucoup en prenant part à de nombreux matchs à haute intensité.»

JUSTIN BARRON

♦ Défenseur droitier

♦ 6 pi 2 po

♦ 195 lb

♦ Classé « A » par la Centrale de recrutement de la LNH (première ronde)