SPO-Feature sur Eleider Alvarez

Boxe

Eleider Alvarez de retour en janvier

Publié | Mis à jour

Comme rapporté la semaine dernière dans le Journal de Montréal, Eleider Alvarez remontera sur le ring, le 18 janvier, au Casino Turning Stone de Verona, dans l’état de New York.

Pour l’occasion, l’ancien champion du monde WBO des mi-lourds (24-1, 12 K.-O.) affrontera l’Américain Michael Seals (24-2, 18 K.-O.). Le titre WBC continental des Amériques sera à l’enjeu lors de ce duel prévu pour 10 rounds.

Alvarez en sera à son premier combat depuis sa défaite contre Sergey Kovalev subie en février dernier, à Frisco, au Texas. Une longue période d’inactivité marquée par une blessure à un talon et des problèmes personnels.

Seals n’est pas le dernier venu. Âgé de 37 ans, le boxeur originaire de l’Alabama possède une bonne force de frappe. Il a été impliqué dans l’un des combats de l’année en 2015 alors qu’il avait perdu contre Edwin Rodriguez.

À son dernier combat, il s’est battu en sous-carte du combat d’unification entre Artur Beterbiev et Oleksandr Gvozdyk, le 18 octobre dernier, à Philadelphie. Il n’a fait qu’une bouchée avec une victoire au premier round contre Elio Trosch.

Ce qui signifie qu’Alvarez devra prêt à livrer une bonne performance. Il ne pourra rien tenir pour acquis.

Même position que Rivas

On peut tracer un parallèle entre la carrière d’Alvarez et celle d’Oscar Rivas. L’an dernier, le poids lourd était à la recherche d’un gros combat pour se remettre à l’avant-scène de sa division.

Il avait affronté Bryant Jennings et il l’avait emporté avec une mise hors de combat au 12e round pour mettre la main sur deux titres mineurs. Ce triomphe lui a permis d’avoir un duel très payant en juillet dernier contre Dillian Whyte en Angleterre.

En janvier 2020, Alvarez se retrouvera dans les mêmes bottines que son bon ami. Le protégé de Marc Ramsay a non seulement besoin d’une victoire, mais aussi d’une performance convaincante.

Il doit effacer les doutes sur lui depuis sa difficile soirée de travail contre Sergey Kovalev. Il pourra le faire au même endroit que Rivas.

Avoir une autre chance

Le plan du promoteur Yvon Michel pour Alvarez est clair: il veut replacer son boxeur dans un combat de championnat du monde en 2020.

Pour ce faire, Alvarez doit commencer par battre Seals. Il ne faudrait pas se surprendre à ce qu’il doive se mesurer à Gilberto Ramirez ou à Jesse Hart avant d’atteindre son objectif. Ce sont deux protégés de Top Rank qui ont besoin de notoriété chez les mi-lourds avant de s’attaquer aux champions.

Si un combat avec Artur Beterbiev n’est pas une option, il ne faudrait pas se surprendre qu’Alvarez se battre pour son ancienne ceinture du Word Boxing Organisation (WBO) si elle devient vacante. Avant de penser à ce scénario, il a du pain sur la planche.