Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Nick Suzuki, joueur de centre?

Publié | Mis à jour

Ce n’est qu’un match, qu’une première audition. Mais Nick Suzuki, en remplacement de Jesperi Kotkaniemi au centre d’Arturri Lehkonen et de Paul Byron, a réussi son premier test à cette position.

Et la tâche n’était pas de tout repos jeudi contre les Golden Knights de Vegas, une typique formation costaude de l’Association de l’Ouest. En vieux renard, Claude Julien avait offert des conditions gagnantes à sa recrue.

En la plaçant au sein de la troisième unité, il lui a ainsi évité des confrontations trop fréquentes face au lourd trio de William Carrier, Tomas Nosek et Ryan Reaves.

En revanche, Gerard Gallant, détenant le droit du dernier changement, a tenté de profiter de l’inexpérience du jeune athlète pour lui envoyer ses grosses pointures. Suzuki et ses compagnons d’armes ont souvent eu Jonathan Marchessault, William Karlsson et Reilly Smith dans les pattes.

Ils ont bien répondu au défi en limitant les occasions de marquer de l’adversaire. Au cercle des mises en jeu, Suzuki a démontré une certaine aisance, remportant six de ses sept duels.

«Je voulais bien jouer défensivement. J’ai souvent affronté leurs meilleurs trios. Ils ont beaucoup de talent. Je crois que nous avons fait du bon travail. Nous sommes restés ensemble», a analysé Suzuki après la rencontre.

«Par contre, je crois que nous pouvons créer plus d’attaque», a pris soin d’ajouter le choix de premier tour des Golden Knights en 2017.

En constante amélioration

L’évaluation de Suzuki semble être la bonne. Elle explique pourquoi Lehkonen, Byron et lui ont foulé la glace moins souvent au moment où le Canadien, en retard de deux buts, cherchait désespérément à revenir de l’arrière. Cela n’a pas empêché le pilote du Tricolore d’apprécier la soirée du jeune homme.

«Oui, je suis satisfait. Quand tu regardes sa situation, ce n’était probablement pas l’idéal contre une grosse équipe comme Vegas. Ils ont aussi des attaquants expérimentés, a souligné Julien. Mais il s’est bien débrouillé encore une fois. Il était patient dans notre territoire. S’il continue à jouer à cette position, on risque de voir un joueur encore meilleur, comme il le fait à l’aile droite.»

Avec un temps de jeu de 10 min 8 s, Suzuki a été le joueur le moins utilisé par Julien à forces égales. En revanche, il a vu de l’action plus que tous ses coéquipiers avec l’avantage d’un homme (3 min 10 s). On le met dans le bain tranquillement.

Et maintenant les Stars

Fort de deux victoires en 24 heures pour la première fois depuis la mi-janvier, le Canadien tentera d’obtenir un voyage parfait en rendant visite aux Stars de Dallas, samedi soir.

Les représentants du Texas sont loin de connaître le début de saison espéré. Les Montréalais devront toutefois faire gaffe. La troupe de Jim Montgomery a repris du poil de la bête en remportant quatre des cinq matchs précédant celui qu’ils ont disputé vendredi soir au Colorado.

Une séquence qui a permis aux Stars de se replacer dans la course après un départ catastrophique de 1-7-1.

Si le jeune Roope Hintz démontre de belles aptitudes avec déjà sept buts au compteur, que Tyler Seguin (9 points), Alexander Radulov (8 points) et Miro Heiskanen (8 points) produisent avec une belle régularité, on peut se poser des questions sur le rendement de Jamie Benn, qui n’a marqué qu’un seul but jusqu’ici, et de John Klingberg, dont le dossier de -10 ne ressemble en rien à ses habitudes.