Crédit : Jacques Plante, 1er novembre 1959. New York Daily News.

Canadiens de Montréal

Il y a 60 ans, Jacques Plante révolutionnait le hockey

Il y a 60 ans, Jacques Plante révolutionnait le hockey

Félix Séguin

Publié 01 novembre
Mis à jour 31 octobre

Il y a 60 ans aujourd’hui, Jacques Plante portait son célèbre masque pour la première fois lors d’un match.

Plante avait pris l’habitude d’avoir un masque lors des entraînements, mais jamais il n’avait pu le faire lors d’une partie. Son entraîneur, Toe Blake, refusait puisqu’il jugeait que la vision de Plante serait limitée s’il portait un masque.

Le soir du 1er novembre 1959, les Canadiens de Montréal se mesuraient aux Rangers de New York au Madison Square Garden.

Au début de la première période, Plante avait reçu une rondelle en plein visage à la suite d’un lancer d’Andy Bathgate, des Rangers. Le gardien des Canadiens avait le visage ensanglanté et il avait dû quitter la patinoire afin de recevoir les premiers soins.

Alors que Plante était à l’infirmerie, Toe Blake tenta de trouver un gardien substitut, mais en vain. Après avoir reçu des points de suture, Plante était parvenu à convaincre son entraîneur qu’il reviendrait dans la rencontre à condition de porter son masque.

C’est donc avec son illustre masque que Plante est revenu sur la glace une vingtaine de minutes après avoir été blessé.

Il compléta le match en accordant un seul but sur les 28 tirs dirigés vers lui et il signa la victoire dans cette rencontre qui est maintenant reconnue comme un moment important dans l’histoire du hockey.

Lors des 10 parties suivantes, Plante avait présenté une fiche de neuf victoires et un verdict nul. Dans cette séquence, le gardien du Tricolore n’avait accordé que 12 buts et il avait obtenu deux blanchissages.

Clint Benedict ou Jacques Plante ?

Il est important de préciser que Jacques Plante est reconnu pour être le premier gardien à porter un masque en permanence.

L’histoire du hockey démontre que c’est Clint Benedict qui a été le premier gardien à jouer une partie avec un masque.

Benedict l’a fait pendant quelques matchs alors qu’il jouait pour les Maroons de Montréal lors de la saison 1929-30. Benedict avait agi ainsi puisqu’il soignait une blessure au nez.