Baseball - MLB

Le gérant des Astros s'en veut

Publié | Mis à jour

AJ Hinch devra vivre avec une décision qui le hantera le reste de ses jours en ayant peut-être retiré trop rapidement Zack Greinke dans le match ultime de la Série mondiale. Si c’était à refaire dans le feu de l’action, il ne sait pas quelle décision il prendrait au monticule.

Avec un retrait au tableau en début de septième manche, le gérant des Astros de Houston a décidé de remplacer le lanceur étoile partant au profit de Will Harris.

Greinke, qui avait tout juste accordé un circuit à Anthony Rendon et un but sur balles à Juan Soto, avait jusque-là brillé sur la butte.

La suite des événements en septième manche a scellé l’issue du match et enterré les Astros.

Greinke «extraordinaire»

Greinke avait livré une performance incroyable aux yeux de Hinch.

«Il a été vraiment extraordinaire. Il a fait tout ce que l’on pouvait espérer et même plus. Il a exécuté ses tirs et maîtrisé les frappeurs. Il était en contrôle du match. Il a commis très peu d’erreurs. Ce circuit était la seule menace des Nationals.

«Il a défendu sa position en défense. C’était une superbe performance», a-t-il expliqué après la dure défaite.

BBA-BBN-BBO-SPO-WORLD-SERIES---HOUSTON-ASTROS-V-WASHINGTON-NATIO
Crédit photo : AFP

Alors, pourquoi l’avoir retiré si rapidement?

«Je ne crois pas que c’était si tôt. Nous étions en septième manche et Zack avait passé la barre des 80 lancers. Nous lui avions demandé plus que ce qu’il donne normalement.

«Il s’était rendu plus loin dans le match que ce qu’il a fait en octobre. Je voulais le retirer de la rencontre deux frappeurs plus tôt plutôt que deux frappeurs trop tard.»

Le plan Harris

Selon son plan, Hinch voulait envoyer Harris affronter Howie Kendrick et Asdrubal Cabrera en utilisant l’effet de sa balle cassante. Il avait ensuite Roberto Osuna sous la main et Gerrit Cole s’il voulait protéger une avance.

Harris a rapidement échoué à la tâche. Kendrick a catapulté sa deuxième balle à 373 pieds du marbre en frappant le poteau de démarcation. Et les Nationals n’ont plus regardé derrière à partir de ce moment.

S’il devait reculer dans le temps et reprendre la même décision?

«Je ne sais pas. Je n’ai pas laissé Zack dans le match. Je ne sais pas ce que j’aurais pu décider. Il n’y a pas de si dans pareille situation. C’est ma décision. Je vais devoir vivre avec cela.»