JiC

Alexandre Despatie l'immortel

Publié | Mis à jour

Il y a tout près d’une semaine, Alexandre Despatie a été parmi les neuf nouvelles personnalités à être intronisées au Temple de la renommée olympique du Canada.

De passage à l’émission JiC jeudi, l’ancien plongeur est revenu sur son passé d’athlète et sa nouvelle carrière d’ambassadeur.

Le double médaillé d’argent olympique a avoué que de recevoir un tel honneur de la part du Comité olympique canadien faisait chaud au cœur, particulièrement parce que «c’est une reconnaissance pour notre carrière au complet».

Cette carrière a d’ailleurs pris son envol alors qu’il avait 13 ans, en 1998. L'ancien athlète parle des Jeux du Commonwealth de Kuala Lampur, où il avait remporté l’or à la tour de 10 mètres, comme étant le «moment tournant de ma carrière olympique. C’est là que le rêve olympique est devenu un objectif». 

C’est aux Jeux olympiques de Sydney en 2000, alors que Despatie n’avait que 15 ans, que sa carrière olympique s’est véritablement entamée. À la surprise générale, le Québécois avait terminé au pied du podium à l’épreuve du 10 mètres. De son propre aveu, un tel rendement était inespéré. «J’ai utilisé ces Jeux pour prendre de l’expérience et c’est en 2004 que j’y allais pour la performance. [...] Il n’y avait aucune déception de finir quatrième. »

Maintenant qu’il a mis un terme à sa carrière d’athlète, il œuvre dans différents domaines. Il sera notamment le président d’honneur de «La Soirée des Lauréats montréalais», qui aura lieu vendredi. 

Despatie n’est pas étranger à cette soirée, lui qui a été invité, nommé et lauréat à ce gala par le passé. Pour lui, c’est l’occasion pour les jeunes athlètes de rencontrer des modèles : «c’est une soirée qui est spéciale. J’ai vu des Annie Pelleter, des Chantal Petitclerc, des Marc Gagnon et des Nathalie Lambert remporter des prix et qui avaient aussi gagné des médailles olympiques. De pouvoir être président d’honneur, c’est formidable.»

Voyez l’entrevue d’Alexandre Despatie dans la vidéo ci-dessus.