JiC

Alternance Primeau-Lindgren : «Il y a un plan derrière ça...»

Publié | Mis à jour

Cayden Primeau est l’un des plus beaux espoirs évoluant dans la Ligue américaine actuellement. Pourtant, la recrue n’est pas le gardien numéro un du Rocket de Laval, puisqu’elle alterne à parts égales avec le vétéran Charlie Lindgren.

À LIRE AUSSI: Primeau sera un gardien numéro 1 dans la LNH

À LIRE AUSSI: «La meilleure transaction de Marc Bergevin»

L’organisation des Canadiens de Montréal a-t-elle l’intention d’adresser la situation prochainement? C’est ce qu’a avancé l’animateur Jean-Charles Lajoie.

«Connor LaCouvee a été laissé pour compte pour garder Charlie Lindgren avec le Rocket. Il y a un plan derrière ça. Mais vers les Fêtes, on devrait être sorti du bois et Cayden Primeau devrait être le numéro un», a-t-il laissé entendre à l’émission «JiC», mercredi.

Le journaliste Renaud Lavoie était à la Place Bell en journée et dans le vestiaire, les éloges à l’égard du produit de l’Université Northeastern (3-2-0), dont la moyenne de buts alloués de 1,99 est parmi les meilleures chez les recrues de la LAH, fusaient de partout.

Le capitaine du Rocket Xavier Ouellet n’en revenait pas, d’ailleurs, que Primeau a été repêché au septième tour : «il était assommé», a raconté Renaud Lavoie.

«Le terme qu’on utilise ici quand on parle de Cayden Primeau, c’est "The Real Deal". La vraie "affaire". C’est celui qui a le plus de talent dans l’organisation après Carey Price. Ça ne fait aucun doute.»

La courbe de progression : prudence

Pour Jean-Charles Lajoie, Primeau doit non seulement être le numéro un à Laval, il doit recevoir un coup de fil du directeur général Marc Bergevin.

«Il donnerait (au CH) une chance de gagner lorsqu’il est devant le filet, ce que Keith Kinkaid n’a pas fait encore.»

Renaud Lavoie apporte toutefois une mise en garde en ce qui a trait à la courbe de progression du jeune homme de 20 ans.

Crédit photo : PIerre-Paul Poulin / JdeM

«Le problème, et soyons honnête, c’est qu’un gardien prend plus de temps qu’un défenseur à se développer. Un défenseur prend plus de temps qu’un attaquant pour s’amadouer à la LNH.

«Pourquoi ne pas prendre notre temps du côté de l’organisation? On a le temps de le faire. S’il ne joue pas un match avec les Canadiens, je ne vais pas pleurer. Je te le garantis.»

Carter Hart : autre situation

À titre d’exemple, Carter Hart n’a que 20 ans et il a participé à autant de rencontres que Brian Elliott dans le demi-cercle des Flyers de Philadelphie (sept).

Cette organisation n’a pas eu un gardien dominant depuis des lunes. Le temps presse et les partisans s’impatientent.

«À Philadelphie on cherche Jésus-Christ, notre sauveur depuis la retraite de Ron Hextall. On a été obligé de consacrer Carter Hart marchant sur l’eau.»