Crédit : Jennifer Buchanan-USA TODAY Sports

MLS

Un carré de champions

Un carré de champions

Patrice Bernier

Publié 28 octobre
Mis à jour 28 octobre

Il n’en reste maintenant plus que quatre.

Les finales d’Association de la MLS sont à nos portes : le Los Angeles FC recevra les Sounders de Seattle, ce mardi, alors que le Toronto FC tentera d’accéder à la finale de la Coupe MLS le lendemain, sur les terres d’Atlanta United.

Les deux parties seront présentées à TVA Sports et je serai de l’équipe de diffusion!

Ce n’est pas qu’un carré d’as, oh non. C’est un véritable carré des champions! Dans l’ordre, Atlanta, Toronto et Seattle ont remporté les trois dernières Coupes MLS, alors que le LAFC a marché sur la ligue toute l’année pour une saison 2019 qui restera dans les annales.

Ça tend à montrer que dans cette ligue, les «grosses écuries», qui dépensent, qui ont de riches effectifs, finissent dans le carré d’as.

Que peut-on attendre de ces deux matchs, outre un spectacle enlevant? Voyons voir :

 

LAFC contre Sounders, mardi, 22h, en direct du Banc of California Stadium

Crédit photo : Jennifer Buchanan-USA TODAY Sports

Les Sounders, c’est l’expérience. Ça fait onze ans qu’ils sont dans la ligue et ça fait onze fois qu’ils font les séries. Ils accèdent à la finale de l’Ouest pour une quatrième année de suite. Ils ont beaucoup de stabilité et c’est peut-être le modèle à suivre en MLS.

Ils feront cependant face à l’équipe de l’heure, l’équipe de la saison. Je l’appelle «la séduisante» : le LAFC. C’est l’équipe prototype de la MLS 2.0. Nouveau stade, beau, gros, à la fine pointe de ce qui se fait dans la ligue.

C’est Hollywood et les propriétaires de l’équipe en sont la représentation. Ils ont l’entraîneur de l’année, le joueur le plus utile de l’année, ils ont battu tous les records... mais en même temps, ils n’ont pas le droit à l’erreur et doivent tout remporter s’ils veulent devenir LE club historique de la MLS.

Ces deux équipes se sont affrontées quatre fois dans les deux dernières années et le moins qu’on puisse dire, c’est que le LAFC a un grand avantage avec trois victoires et un seul match nul.

L’aspect du match à surveiller, ce sera la bataille du milieu de terrain. Est-ce que les Gustav Svensson, Nicolas Lodeiro et Cristian Roldan sauront bien se mesurer à Eduard Atuesta, Lee Nguyen et Latif Blessing (on ne sait toujours pas si Mark Anthony Kaye sera disponible)?

C’est là que ça va se jouer. Ce sont deux équipes offensives, mais celle qui remportera la bataille du milieu de terrain gagnera aussi le match.

Je m’attends aussi à un duel d’entraîneurs. Ces deux équipes-là, dans leur dernier match, ont baissé de beaucoup leur temps de possession du ballon par rapport à leur moyenne de la saison. Comme si les entraîneurs avaient choisi de jouer un autre jeu que celui qui a fait leur succès durant le calendrier régulier. Seattle, qui avait généralement le ballon 50% du temps, a baissé à 38% contre un Real Salt Lake qui était peut-être un peu plus joueur. Et ce fut la même chose pour le LAFC. Bob Bradley a mentionné que contre le Galaxy, durant la saison, ses joueurs gardaient le ballon et se butaient à un bloc bas, un «autobus stationné». Jeudi dernier, ils ont choisi de subir un peu plus, ce qui a en revanche donné plus d’espace aux Carlos Vela, Brian Rodriguez et Diego Rossi.

Je me demande quelle sera l’astuce tactique déployée mardi par Bradley et Brian Schmetzer. Est-ce qu’on va apporter quelque chose de nouveau, dans la formation de départ ou au niveau tactique?

On peut voir, depuis le début des séries, que les équipes sont un peu plus organisées et aptes à défendre pour contre-attaquer par rapport à ce qu’on a vu en saison régulière, où la collectivité et la possession étaient davantage à l’honneur.

Le joueur-clé : Latif Blessing, du LAFC

Crédit photo : Jayne Kamin-Oncea-USA TODAY Sports

Il n’est pas nécessairement celui qui marquera le but gagnant, mais il est remuant au milieu, non seulement balle au pied (c’est un ancien ailier qui a été converti en milieu par Bradley), mais aussi dans le pressing défensif. Il est toujours l’un des premiers à exercer une pression sur l’adversaire pour lui soutirer le ballon ou le pousser à l’erreur. C’est une pièce très importante dans le jeu du LAFC. Il n’a pas l’élégance d’Atuesta, ou la technique de Vela, mais sa présence dans le milieu est primordiale. Il est un joueur à surveiller dans toute son amplitude et sa complémentarité avec Atuesta, en plus de tout ce qu’il apporte d’autre en termes d’énergie et d’intensité.

Ma prédiction : depuis le début des séries, je vois le LAFC champion de la Coupe MLS, alors je m’attends à les voir battre les Sounders. Ça devrait être un très bon match.

 

Atlanta United contre Toronto FC, mercredi, 20h, en direct du Mercedes-Benz Stadium

Crédit photo : Jason Getz-USA TODAY Sports

Ici, on a le champion en titre, Atlanta United, qui voudra répéter. Après avoir toussoté en début de saison, alors que l’entraîneur Frank De Boer venait de remplacer un «Tata» Martino auréolé de gloire et que la star Miguel Almiron venait de quitter pour l’Angleterre, Atlanta a vu la mayonnaise reprendre en cours d’année, pour ainsi dire, et apparaît de nouveau comme une équipe en mission.

Depuis deux ans, le club veut tout rafler. Ils ont gagné la Coupe MLS en 2018, ils ont remporté la Coupe Campeones contre Club América l’été dernier et ils ont aussi mis la main sur l’Open Cup, l’équivalent américain de la Coupe des Voyageurs. Ils ont ce goût de la victoire et on l’a vu en fin de saison, tout comme dans les séries jusqu’ici. L’attaquant Josef Martinez est omniprésent, il veut vraiment marquer, et il se comporte plus que jamais en leader, alors qu’il a intimé publiquement ses coéquipiers de ne pas baisser de régime en éliminatoires.

Le club a offert une performance convaincante contre le Revolution de Nouvelle-Angleterre et contre l’Union de Philadelphie ensuite, ils joueront à domicile et ils sont les champions. Ils sont confiants. Ils ressemblent... au Toronto FC de 2017.

Tout ça, d’ailleurs, me ramène à la «vieille garde» du TFC. J’emploie ce terme parce que si l’attaquant Jozy Altidore a prolongé son contrat, Sebastian Giovinco est parti et le sort du capitaine Michael Bradley est en suspens. On chuchote que le renouvellement de son contrat est conditionnel à une victoire en finale de la Coupe MLS, rien de moins. Verra-t-on capitaine Bradley pour une dernière fois avec le TFC? Ce sera à voir.

Après avoir commencé lentement, Toronto a bien fini la saison. Et en séries, malgré les absences d’Altidore et du défenseur Omar Gonzalez, ils ont réussi à trouver une façon de gagner, ce qui démontre que leur expérience semble remonter à la surface. Il y a une résurrection, une résurgence des forces d’antan, comme on dit, et à ce chapitre, il faut donner du mérite à l’entraîneur Greg Vanney. Malgré la perte d’Altidore, qui est le cœur de l’attaque, il a su apporter des idées nouvelles qui ont bousculé un peu leurs adversaires. On l’a vu contre New York City, qu’ils ont poussé jusqu’à l’inconfort pour repartir avec la victoire.

Va-t-il sortir quelque chose de son chapeau à Atlanta?

De Boer, de son côté, a utilisé Ezequiel Barco dès le début du match contre les «Revs» tout en gardant Pity Martinez sur le banc alors que les deux étaient de la formation de départ contre Philadelphie. Reverra-t-on le fiable vétéran Michael Parkhurst en défense centrale après qu’il se soit blessé lors du dernier match? Il pourrait être de l’équation, par contre son partenaire Miles Robinson, brillant cette saison, n’en sera pas. Ce sera important parce que l’attaque d’Atlanta est bien là, mais Toronto est capable de subir. La Nouvelle-Angleterre et l’Union ont eu leurs chances lors des derniers matchs et il a fallu que le gardien Brad Guzan se mette en évidence.

Ce match sera sans doute le match le plus serré des deux.

Le joueur-clé : il y en a deux. Jonathan Osorio pour Toronto, et Darlington Nagbe pour Atlanta.

Crédit photo : Jason Getz-USA TODAY Sports

Osorio est en pleine forme, il est confiant, il est de tous les coups en séries. Il a une énergie contagieuse en milieu de terrain pour son équipe. Nagbe, pour sa part, est un des meilleurs milieux de la ligue. S’il est dans un bon jour, il est capable de contrôler le tempo du match avec sa faculté à accélérer et décélérer. Leur duel sera à surveiller.

Ma prédiction : cette ligue en est une de «homers», et normalement, Atlanta devrait se diriger vers la finale, car ils seront à domicile. Ils ont beaucoup d’atouts offensifs qui peuvent faire mal et ils ont peut-être gardé une leçon de la défaite de New York City contre Toronto après avoir démarré le match de façon trop poussive. Si le NYC FC avait joué sa première demie comme sa deuxième, dans ce match, il aurait sans doute battu Toronto.

Atlanta ne fera probablement pas la même erreur.

On se revoit mardi et mercredi!