Toronto Maple Leafs v Montreal Canadiens

Crédit : AFP

Canadiens de Montréal

Moment spécial pour Nick Suzuki

Publié | Mis à jour

Ils seront quelques-uns chez le CH à affronter leur ancienne équipe au cours du prochain voyage. À commencer par Max Domi, Jordan Weal et Nick Cousins en Arizona. Nick Suzuki et Tomas Tatar feront de même, 24 heures plus tard, à Las Vegas.

Toutefois, pour la recrue du Tricolore, les retrouvailles ne revêtiront pas le même genre de cachet. Pour la simple et bonne raison que Suzuki n’a jamais porté les couleurs des Golden Knights dans un match régulier.

Choix de premier tour (13e au total) de cette organisation au repêchage de 2017, l’Ontarien est passé dans la transaction impliquant Tomas Tatar et Max Pacioretty quelques jours avant de pouvoir prendre part à son deuxième camp d’entraînement dans la capitale du jeu. C’était le 10 septembre 2018.

«Ça fait à peine plus d’un an, mais j’ai l’impression que ça fait beaucoup plus longtemps que ça. Je vais toujours me souvenir que c’est l’équipe qui m’a repêché. D’une certaine façon, j’ai fait partie des premiers pas de cette concession», a déclaré Suzuki.

Cet été-là, à leur toute première séance de sélection, les Golden Knights avaient obtenu trois droits de parole au premier tour. Cody Glass, sixième au total, était passé à l’histoire en devenant leur première prise. Suzuki, 13e, et Erik Brannstrom, 15e, avaient suivi.

À l’instar de Suzuki, Brannstrom n’a jamais porté les couleurs des Knights, étant passé aux Sénateurs dans la transaction de Mark Stone.

500e point pour Pacioretty ?

N’empêche que jeudi soir, sur la glace du T-Mobile Arena, Suzuki souhaitera démontrer son savoir-faire à l’état-major des Golden Knights.

«C’est sûr que je voudrai me montrer sous mon meilleur jour durant ce match. J’imagine que Tomas [Tatar] pense à la même chose. Mais, disons que je n’ai pas vraiment eu le temps de tisser des liens là-bas. C’est sans doute différent pour un gars comme Pacioretty qui a disputé plusieurs saisons ici», poursuit Suzuki.

Et qui, aurait-il pu ajouter, a été le capitaine de cette formation pendant trois saisons. De plus, Pacioretty pourrait profiter du passage du Canadien à Vegas pour récolter le 500e point de carrière. Un intéressant jalon pour l’athlète de 30 ans.

Sous l’aile de Thompson

Lentement, mais sûrement, Suzuki commence à prendre ses aises sur les patinoires de la LNH. La recrue a inscrit trois buts au cours des cinq derniers matchs.

«Le jeu commence à ralentir dans ma tête. Je commence à m’ajuster. Au cours des premiers matchs, je trouvais que ça arrivait vite pas mal.»

Un des hommes de confiance de Claude Julien sur l’attaque massive, l’attaquant de 20 ans poursuit son apprentissage au sein du quatrième trio. Alors que plusieurs amateurs ont hâte de le voir évoluer sur une autre unité, Suzuki soutient que Nate Thompson lui est d’une grande aide dans son développement.

«Il vient toujours s’assurer que tout va bien. Il tente de m’aider le plus possible. C’est un gars rempli de sagesse qui roule sa bosse depuis longtemps dans cette ligue. J’essaie constamment d’apprendre de lui, surtout au point de vue du jeu dans notre territoire et au niveau des mises en jeu», a raconté Suzuki.

Voilà le genre de rôle auquel Marc Bergevin s’attendait de la part de Thompson en s’empressant de le remettre sous contrat quelques semaines à peine après la fin de la dernière saison.