Toronto Maple Leafs v Montreal Canadiens

Crédit : AFP

Canadiens de Montréal

La chose à changer chez le CH

Publié | Mis à jour

S’ils souhaitent améliorer leurs chances d’accéder aux séries éliminatoires, les Canadiens devront faire preuve de plus de constance. Les équipes flirtant avec un dossier de ,500 pouvaient s’en tirer à l’époque des 21 équipes où, immanquablement, chacune des quatre divisions comptait une formation moribonde. De nos jours, la réalité est tout autre.

Depuis la mise en place du format actuel du tournoi printanier, au terme de la campagne 2013-2014, seulement six équipes de l’Association de l’Est se sont qualifiées malgré des dossiers en-deçà de ,580, dont trois en 2013-2014: les Blue Jackets (,567), les Red Wings (,567) et les Flyers (,573).

Les autres sont les Maple Leafs et les Bruins de 2016-2017 (,579) ainsi que les Red Wings de 2015-2016 (,567).

À ce sujet, il ne suffit que de rappeler que les Canadiens ont raté la grande valse avec une récolte de 96 points (,585) pour comprendre la situation.

D’ailleurs, le début de saison des troupiers de Claude Julien ressemble étrangement à celui de l’an dernier. Même qu’après 11 matchs, ils affichaient 14 points, soit deux de plus que sa récolte actuelle.

«L’effort qu’on met dans les entraînements nous amènera à travailler pendant 60 minutes dans les matchs. Tout le monde doit faire son travail. C’est de cette façon qu’on va se donner la chance de gagner chaque rencontre», a indiqué Phillip Danault, au terme de l’entraînement de lundi.

Un premier périple

Cette constance recherchée, Julien et ses troupiers souhaitent être en mesure de la bâtir lors du voyage de trois rencontres qui mènera l’équipe en Arizona, à Las Vegas et à Dallas à compter de mercredi.

Ce sera la première fois de la saison que les Canadiens quitteront pour une aussi longue période.

«Ça va être un bon défi. Ce sera également une belle occasion de resserrer nos liens», a ajouté l’attaquant du Tricolore.

Ce genre de périple n’est jamais de tout repos. En plus du long déplacement, il inclut souvent une séquence de deux matchs en 24 heures. Ce sera le cas face aux Coyotes et aux Golden Knights. Pas surprenant que les Canadiens aient quitté Montréal, lundi en début d’après-midi.

«Il faudra être constant, être solide et minimiser les erreurs, a énuméré l’entraîneur du CH. Arizona va très bien, Vegas mise sur une bonne équipe et ce n’est jamais facile d’affronter les Stars chez eux. Ce seront trois matchs difficiles qui devraient nous pousser à être à notre meilleur.»

Une erre d’aller

Au retour de ce séjour dans le sud des États-Unis, le Tricolore disputera neuf de ses 12 matchs suivants au Centre Bell. Un bon résultat lors des trois rencontres de cette semaine pourrait donc lui donner une belle erre d’aller pour le mois de novembre.

«C’est un voyage très important. Ce sont trois gros matchs. Il faut les prendre un à la fois, mais si ça va bien, on pourrait en revenir avec une bonne dose d’énergie pour l’équipe», a reconnu Danault.

Des propos corroborés par Julien

«Ce n’est jamais facile de gagner sur les patinoires adverses. Alors, quand tu joues trois ou quatre matchs de suite à l’étranger et que tu connais du succès, ça donne de la confiance et ça te permet d’avoir le vent dans les voiles.»

Quoique le contraire peut être aussi vrai. En novembre dernier, après avoir remporté deux de ses trois joutes dans l’Ouest canadien, les Montréalais avaient été tenus en échec lors de leurs cinq affrontements suivants (0-3-2).