Crédit : JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Football universitaire RSEQ

Justin Éthier ne regrette pas

Publié | Mis à jour

La défaite au CEPSUM a été le tournant de la saison du Rouge et Or de l’Université Laval.

Bien au-delà du revers de 23-18 face aux Carabins de l’Université de Montréal le 14 septembre dernier et de la motivation supplémentaire que cette défaite aurait pu engendrer, le changement à la position de quart-arrière lors du match suivant contre McGill a eu un impact très important.

La recrue Thomas Bolduc a pris la relève du vétéran de 5e saison Samuel Chénard qui avait été victime de trois interceptions face aux Bleus, dont une qui avait été ramenée par le demi de coin Jean-Sébastien Bélisle pour un touché. «C’est rare que je panique après un match, a mentionné le coordonnateur offensif Justin Éthier. Je n’ai pas analysé seulement le match contre Montréal, mais les trois premiers. J’ai alors jugé qu’un changement était nécessaire. Ce n’est pas tout le monde qui était d’accord, mais j’assume totalement la décision.»

Avec le retour de 10 des 12 partants en offensive, Glen Constantin s’attendait à une bonne production, mais le départ n’a pas été à la hauteur. «À l’exception du quart-arrière, nous avions une offensive identique, a rappelé l’entraîneur-chef lavallois. C’est plate pour Sam, mais on a trouvé une réponse. On voulait un quart-arrière qui allait gérer le match.»

Travail d’équipe

Depuis l’entrée en scène de Bolduc, le Rouge et Or présente une fiche parfaite de cinq victoires et aucun revers et l’offensive a pris des couleurs. «Thomas n’a pas fait tout seul, a souligné Éthier. Ce fut un travail d’équipe. Après le match à Montréal, Glen avait dit que l’important était de voir comment nous allions progresser au cours des cinq dernières parties. On a progressé et les résultats sont venus, mais tout est à recommencer avec le début des séries.»

Si Éthier met en relief le boulot de toute l’unité offensive pour expliquer les succès, il convient aussi que Bolduc a apporté des éléments importants. «Le ballon sort vite, a-t-il mentionné. Je suis très satisfait de sa performance. Contre Sherbrooke, Thomas a obtenu son test ultime avant les séries en lançant sa première interception qui a en plus été retournée pour un touché. Il a bien réagi et il n’a pas paniqué.»

Bolduc a terminé la saison avec 82 passes complétées en 136 tentatives pour des gains de 1020 verges. Il a lancé cinq passes de touché et fut victime d’une interception.

Si un changement a été nécessaire à la position de pivot, le Rouge et Or a pu compter sur la stabilité de la ligne offensive, groupe qui est le fer de lance de l’équipe. Les cinq mêmes partants ont disputé les huit parties sauf le bloqueur à droite Nicolas Thibodeau qui a raté le dernier match, mais qui sera de retour à son poste pour le début des séries éliminatoires.

«La ligne offensive n’a pas joué de mauvais match, a affirmé Éthier. On n’a pas vu souvent d’erreurs de protection.»

Le Rouge et Or a dominé le RSEQ en n’accordant que six sacs, dont trois lors du premier match face aux Carabins. L’attaque terrestre a aussi terminé au premier rang avec une moyenne de 215 verges par rencontre.

De nouveaux talents émergent

Deux joueurs peu connus en début de saison sont devenus au fil des semaines des pièces importantes des succès du Rouge et Or, qui a conclu la saison avec une fiche de sept gains et un revers au premier rang du classement.

Avec le départ des quatre partants sur la ligne défensive, tous les postes étaient ouverts. Inséré dans l’alignement pour son premier match à l’occasion de la visite au CEPSUM face aux Carabins de l’Université de Montréal, le plaqueur Jean-William Rouleau a saisi son opportunité et il s’est établi comme partant. Évoluant en Division 3 avec les Pionniers de Rimouski l’an dernier, le gaillard de 6 pi 2 po et 304 livres a effectué une transition en douceur.

«Avec le départ de Clément Lebreux, on avait besoin de quelqu’un pour ancrer notre front défensif, a expliqué l’entraîneur-chef Glen Constantin. Il a été partant dès son premier match et il a progressé.»

À l’instar de Rouleau, le demi inséré de deuxième année Antoine Dansereau-Leclerc a profité d’une situation favorable pour s’établir comme partant. Blessé à l’aine pendant le camp d’entraînement, Jonathan Breton-Robert a dû abdiquer dès le deuxième match de la saison à Concordia. Le receveur étoile n’est pas encore revenu au jeu.

Dansereau-Leclerc a frappé en relève. Il a été le receveur le plus occupé du Rouge et Or au cours de la saison avec 21 réceptions pour 284 verges et deux majeurs. «Quand Jonathan s’est blessé, pas grand monde ne connaissait Antoine, a souligné le coordonnateur offensif Justin Éthier. Il a connu vraiment une belle saison et je ne suis pas surpris. Avec les blessures de Jonathan et de Vincent Forbes-Mombleau, notre profondeur a été affectée, mais Antoine a bien remplacé Jonathan.»

Autres découvertes

Félix Garand-Gauthier a lui aussi vu son rôle prendre de l’expansion. Nouveau spécialiste des faufilades du quart-arrière, le centre arrière a même été utilisé sur un long tracé, samedi, dans la victoire de 35-10 à Sherbrooke. Il a capté une passe de 47 verges pour un touché au 3e quart. Il est aussi une pièce importante des formations plus musclées.

«Félix est tellement athlétique, a souligné Éthier. Sur son touché, il a couru un bon tracé, s’est ajusté au ballon et s’est battu pour gagner les dernières verges le menant dans la zone des buts. Ce fut le jeu clé de la deuxième demie.»

En défensive, la progression et la production de Yanis Chihat à seulement sa deuxième saison comme ailier défensif et l’émergence du demi défensif Souleymane Karamoko ont également été saluées par Constantin dans son bilan de la saison régulière.