Baseball - MLB

Les «Nats» voient des étoiles, Houston crée l’égalité

Publié | Mis à jour

Face à une verte recrue au monticule ayant quatre manches dans le bras en carrière en séries éliminatoires, les Nationals ne pouvaient se permettre d’échapper le quatrième match de la Série mondiale. Surtout devant leurs partisans. Ils ont lamentablement échoué la mission.

En encaissant une défaite de 8 à 1, hier soir devant une salle comble de 43 889 spectateurs au Nationals Park, ils sont de retour à la case départ alors que les Astros de Houston ont créé l’égalité 2 à 2 dans la série. Plutôt que de s’offrir une chance de soulever le trophée chez eux, celui-ci sera remis au Minute Maid Park cette semaine.

Les Nats n’ont jamais profité de l’occasion devant des Astros plutôt démunis, qui avaient confié la balle au Mexicain de 24 ans Jose Urquidy. À son premier départ en séries dans les majeures, le droitier a pris des airs de Justin Verlander et Zack Greinke dans leurs bonnes performances.

En cinq manches de travail, celui qui est devenu le troisième lanceur mexicain de l’histoire à amorcer un match de séries a menotté les frappeurs adverses en allouant deux petits coups sûrs sans concéder de but sur balles. Au passage, il en a retiré quatre au bâton.

«J’ai défendu ma décision d’utiliser Jose. Je suis content de ma stratégie. Il a été incroyable. Il était calme et il a utilisé de gros lancers. Il a contrôlé le match et ses émotions, a salué le gérant AJ Hinch. Et la relève a ensuite fait le travail.

Des Astros encore agressifs

Il faut dire qu’en se présentant sur la butte avec un coussin de deux points, l’attaque lui avait permis de souffler un brin en faisant baisser la pression.

Bref, Jose Altuve a tôt fait de faire résonner son bâton. À coups de simples, Michael Brantley, Alex Bregman et Yuli Gurriel ont inscrit les Astros au tableau. La casquette débordante si tôt dans la partie, Patrick Corbin s’est ressaisi en évitant de plus amples dommages.

Mais en début de la quatrième manche, Corbin a encore plongé dans l’eau chaude. Après avoir accordé un but sur balles à Carlos Correa, la longue claque dans la gauche de Robinson Chirinos sur une balle à changement de vitesse en plein cœur du marbre a noyé son équipe. Il a ainsi frappé un circuit dans un deuxième match de suite.

Les représentants de la capitale fédérale ont menacé en fin de sixième quand ils ont rempli les coussins. Adam Eaton est parvenu à croiser le marbre. Ce fut l’unique moment de festivités dans le stade.

La claque de Bregman

D’autant plus qu’à leur tour au bâton suivant, les Astros ont mis le match hors de portée. L’enclos de relève a déraillé. Venus en renfort à Corbin, Tanner Rainey et Fernando Rodney ont anéanti tout espoir de remontée. En un tiers de manche, Rodney a accordé deux coups sûrs et concédé trois buts sur balles jusqu’à ce qu’Alex Bregman, au bâton alors que les buts étaient remplis, expédie sa balle rapide l’autre côté de la clôture. Ce grand chelem a scellé l’issue du match.

«Nous avons gagné les deux derniers matchs sans changer la recette qui nous a amenés jusqu’ici, a souligné Hinch. Ça se décidera maintenant dans un deux de trois.»

Cole de retour

Sans surprise, c’est Gerrit Cole qui sera au monticule pour le cinquième match chez les Astros, ce soir, en affrontant les Nationals une deuxième fois. Mardi, il avait encaissé le revers en accordant cinq points en sept manches de travail.

Reconnu pour retirer les frappeurs sur trois prises, ceux du gérant Dave Martinez l’ont freiné lors du match d’ouverture. Les Kurt Suzuki, Juan Soto et Trea Turner l’ont poussé loin dans le compte.

Chez les Nationals, la patience est de mise dans le rectangle des frappeurs. Dans une ligue où les retraits au bâton ont grimpé en flèche, ce n’est pas une option valable dans le vestiaire de la formation de la capitale américaine. Elle a formé la quatrième meilleure équipe du circuit dans cette colonne en saison régulière en poursuivant sur sa lancée en séries.

Mauvais sort

Mardi, Cole avait réussi à retirer six frappeurs, son plus bas total à ses quatre sorties en octobre.

À ses 34 présences sur la bute en saison, celui qui a mené les majeures avec 326 retraits sur des prises avait récolté moins de «K» seulement trois fois. «Je ne pourrais pas m’attendre à une pire équipe à affronter à cet égard, a témoigné Cole. Je m’attendais à ce que les Nationals excellent à ce chapitre.»