Expos Brian Schneider waves following team's final game in Monteal

Photo : Brian Schneider lors du dernier match de l'histoire des Expos, à Montréal en 2004. Crédit : REUTERS/Shaun Best

Baseball - MLB

Une pensée pour les Expos

Publié | Mis à jour

Deux anciens Expos ont vécu une expérience inoubliable vendredi soir au Nationals Park. Chad Cordero et Brian Schneider ont procédé au lancer protocolaire à quelques minutes du troisième match de la Série mondiale. Non sans penser à leur début dans les ligues majeures... à Montréal.

Le lanceur droitier aujourd’hui âgé de 37 ans et le receveur de 42 ans ont respectivement commencé leur carrière dans l’uniforme des Expos. Ils avaient ensuite vécu le dernier triste match au Stade olympique avant de déménager à Washington.

Cordero avait protégé la première victoire à domicile des Nationals au RFK Stadium en recevant les félicitations de Schneider. L’organisation a donc souhaité souligner son passé en les réunissant à quelques minutes du premier match de Série mondiale depuis 1933 dans la capitale fédérale. Le lanceur avait protégé 113 avances dans l’uniforme de Washington.

Tout avait toutefois commencé chez les Expos alors qu’ils avaient gagné la confiance des dirigeants et celle de Frank Robinson.

«Je dois toute ma carrière dans le baseball professionnel à cette équipe. Elle m’a donné la chance de jouer dans les grandes ligues, a témoigné Schneider. Elle m’a repêché et m’a donné ma chance. Je lui en suis très reconnaissant.»

«C’est ma première équipe et c’est celle avec laquelle je suis toujours reconnu», a ajouté le choix de cinquième tour des Expos en 1995.

«Montréal est une ville incroyable, s’est remémoré Cordero. Je me souviens comment c’était triste quand nous sommes partis. Montréal était un marché différent de Toronto. J’ai adoré mon passage dans cette ville, même si j’y suis resté une seule saison complète et qu’on la partageait malheureusement avec Porto Rico.»

Appui d’un retour

Cordero et Schneider sont encore à l’affût des nouvelles. Ils ont entendu parler du plan de garde partagée des Rays de Tampa Bay cet été en plus du projet de stade du clan Bronfman.

«J’espère sincèrement que Montréal obtiendra une franchise à nouveau, car elle peut créer quelque chose de vraiment unique, a commenté celui qui est surnommé “The Chief”. Elle possède une bonne base d’amateurs. Ils connaissent leur baseball. Et en étant située près de la frontière, la ville pourrait accueillir beaucoup d’amateurs en visite.»

«Montréal a une bonne place dans le monde du baseball. J’espère que le groupe pourra créer quelque chose en bâtissant un nouveau stade, différent du Stade olympique», s’est finalement exclamé Cordero, à la blague.

Selon Schneider, un retour du baseball à Montréal serait bénéfique pour le sport. « Les partisans ont traversé les tempêtes. L’équipe avant la grève était excellente», a renchéri celui qui discute fréquemment avec des amis de longue date au Québec.

Ambiance électrique

Une fois présentés à la foule, Cordero et Schneider n’ont pas traîné. Nerveux, le premier s’est rendu au monticule et l’autre derrière le marbre. En quelques secondes, la balle était dans le gant du receveur sous les acclamations de la foule.

L’ambiance dans la capitale fédérale est électrique. On sent la ferveur des citoyens qui attendent ce moment depuis 86 ans. Partout en ville, on aperçoit le logo de l’équipe. Autour du Nationals Park, les partisans vêtus d’un chandail rouge envahissent les rues. Lors de la présentation des joueurs, les spectateurs ont accueilli chacun des joueurs sous un tonnerre d’applaudissements en plus des feux d’artifice.

Depuis le retour du baseball en 2005, octobre n’avait jamais souri. Cette fois, c’est différent. Les Nats sont décidés à terminer leur bataille.