World Series - Houston Astros v Washington Nationals - Game Three

Photo : Anibal Sanchez, lanceur des Nationals de Washington. Crédit : AFP

Baseball - MLB

Anibal Sanchez allait prendre sa retraite...

Publié | Mis à jour

De bonnes sorties en deuxième moitié de saison et deux excellents matchs en séries éliminatoires prouvent à Anibal Sanchez qu’il a pris la bonne décision il y a deux ans. Au bout d’une campagne hasardeuse avec les Tigers de Detroit, il était prêt à prendre sa retraite du baseball.

Vendredi soir, le lanceur partant affrontait les Astros de Houston dans le troisième match de la Série mondiale. Sur la butte pour ce premier duel d’envergure dans la capitale fédérale américaine depuis 1933, Sanchez a remercié le ciel de lui avoir offert cette chance.

À LIRE AUSSI | Les Expos à l'honneur

À LIRE AUSSI | Les Astros congédient leur DG adjoint en pleine Série mondiale

Car malgré plus de ses 42 manches lancées en carrière en séries du baseball majeur avant de porter l’uniforme des Nationals, le Vénézuélien ne s’attendait pas nécessairement à obtenir ce privilège dans la rotation. On aurait pu lui préférer Patrick Corbin.

Mais non, c’était un choix logique a affirmé l’instructeur David Martinez qui enverra Corbin sur la butte ce soir. «Ce n’était même pas une décision difficile à prendre. Anibal a ouvert la série contre les Cards de Saint-Louis de brillante façon», s’est rappelé le gérant à propos de cette victoire de 2 à 0 lors duquel il avait accordé un seul coup sûr.

«Il est capable de relever les défis, a-t-il poursuivi. Tout le monde parle de notre Big Three, mais Anibal lance de façon incroyable cette saison. Il nous donne la chance de gagner des matchs. Il contrôle tous ses lancers.»

Deuxième chance

À 35 ans, il a savouré un second départ en Séries mondiales. En 2012, il avait perdu le troisième duel aux mains des Giants de San Francisco qui avait lieu au Comerica Park.

«Je suis vraiment reconnaissant. Je remercie le Bon Dieu de m’avoir donné cette occasion. Sans lui, je ne jouerais sûrement plus au baseball. J’ai vécu des moments difficiles dans ma carrière à Detroit en 2016 et 2017», a relaté le lanceur droitier de 35 ans qui avait présenté des moyennes de points mérités de 5,87 et 6,41 respectivement.

«Ce n’étaient pas de bonnes saisons, a-t-il poursuivi. Je ne peux pas dire que j’essaie de l’oublier, car j’ai tout de même travaillé fort durant ce temps.»

«Sauf qu’on gagne et on perd des matchs. C’est la loi du sport. Je n’étais pas dans la meilleure des situations dans ma vie. Maintenant, c’est incomparable. J’ai fait des ajustements pour devenir meilleur.»

Choses à prouver

Sanchez voulait se racheter et terminer sur une bonne note. Il voulait quitter les ligues majeures la tête tranquille. Mais il voulait prouver qu’il avait encore sa place.

Durant la saison morte 2017, les Braves d’Atlanta lui avaient offert un contrat des ligues mineures. Il avait finalement amorcé 24 matchs en abaissant sa moyenne à 2,83 en plus de participer à la finale de division face aux Dodgers de Los Angeles.

En décembre 2018, les Nationals l’ont attiré à Washington après avoir envoyé Tanner Roarke aux Reds de Cincinnati. Il a gagné 11 matchs à ses 34 départs.

Durant la saison, les entraîneurs ont peaufiné la routine et la mécanique de ses tirs. Il devait mieux utiliser ses jambes et faire preuve de plus de conviction avec ses lancers. L’athlète a élevé son jeu en marquant sa place dans la rotation partante parmi les Stephen Strasburg, Max Scherzer et Patrick Corbin.

Et vendredi, il était au monticule dans un moment attendu à Washington depuis près de 90 ans.