Photo : Thomas Bolduc, quart-arrière du Rouge et Or de l'Université Laval. Crédit : JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Football universitaire RSEQ

Rouge et Or : pas le moment de lever le pied

Agence QMI / Richard Boutin

Publié | Mis à jour

Même si le championnat est acquis, le Rouge et Or de l’Université Laval n’a pas l’intention de mettre la pédale douce, samedi à Sherbrooke, face au Vert & Or lors de la dernière rencontre de la saison régulière.

«On ne doit pas échapper ce match même si nous avons sécurisé le championnat de la saison régulière, a lancé l’entraîneur-chef Glen Constantin d’entrée de jeu lors de son point de presse hebdomadaire. On veut rentrer dans les séries éliminatoires sur une bonne note.»

S’il n’y a aucun enjeu pour le Rouge et Or, il en va tout autrement pour le Vert & Or qui doit absolument l’emporter pour obtenir son billet pour la danse d’après-saison après son faux pas de samedi dernier face aux Stingers de Concordia, qui ont inscrit 24 points au quatrième quart pour se sauver avec la victoire.

À LIRE AUSSI | Thomas Bolduc dans la fosse aux lions

À LIRE AUSSI | Soigné comme Patrice Bergeron

Les deux visages du Vert & Or

«Sherbrooke a montré deux visages depuis le début de la saison, a indiqué Constantin. Ils ont battu les meilleures équipes (Montréal) et offert des contre-performances. Quelle équipe va se présenter ? Parce qu’ils ont des chances de se qualifier pour les séries, ils vont se battre très fort. C’est une équipe physique et fière. Après une rencontre avec beaucoup d’émotion et d’énergie contre Montréal, c’est un match piège pour nous.»

«On devra connaître un bon début de match et aussi bien faire dans les dix premières minutes du troisième quart afin de couper tout espoir, d’ajouter le pilote du Rouge et Or. On doit offrir une performance à la hauteur de nos standards et non en fonction de l’adversaire. Même si nous ne sommes pas rendus où l’on veut être, on a progressé beaucoup depuis le premier match de la saison.»

Défaite déjà oubliée

Mathieu Lecompte assure que ses protégés n’ont pas le moral dans les talons même s’ils ont laissé filer une avance de 13 points au dernier quart face aux Stingers. «On n’a pas le temps de s’enfarger là-dedans, a illustré le pilote du Vert & Or. On a effacé ça dès le lendemain en corrigeant le film. L’esprit est bon.»

«On veut montrer au monde que nous avons connu une belle progression depuis le premier match de la saison contre Laval et que nous sommes à quelques jeux de présenter une très belle fiche, de poursuivre Lecompte. Notre fiche n’est pas le reflet de nos efforts. On doit être capable de réaliser des jeux dans les moments critiques et d’éviter les pénalités. On doit jouer du football passionné et inspiré.»

Souleymane Karamoko gravit les échelons

Après une première saison d’apprentissage, Souleymane Karamoko devient une pièce de plus en plus importante de l’unité défensive.

Partant lors des trois dernières parties, le demi défensif du Rouge et Or s’entraîne de nouveau avec la première unité cette semaine. «C’est vraiment le fun d’avoir la chance d’obtenir plus de jeux en défensive, a souligné Karamoko, qui a quitté la France il y a trois ans pour s’aligner avec les Filons de Thetford Mines. Il y a beaucoup de compétition à ma position, mais on s’entraide vraiment.»

Doté de qualités athlétiques indéniables, Karamoko devait toutefois améliorer sa compréhension du cahier de jeux.

«C’est bien de posséder des qualités athlétiques, mais tu dois aussi comprendre le système de jeu, a mentionné celui qui s’est imposé au départ par son jeu sur les unités spéciales. Nicolas Viens et Laurence Poirier-Viens m’aident. Le système était plus simple à Thetford Mines et j’ai eu un peu de mal à l’assimiler à ma première saison. Je comprends plus cette année.»

Jeu truqué

Sur un nuage dimanche soir après avoir réussi une passe de touché dans la victoire face aux Carabins de l’Université de Montréal, le demi inséré Mathieu Robitaille est de retour sur terre.

«C’était le fun de revoir les images du jeu truqué, a-t-il souligné. J’ai montré à Justin (Éthier) que je pouvais lancer le ballon. Je vais peut-être monter dans la charte des profondeurs comme quart-arrière (rires).»

«J’ai tourné la page assez vite, d’ajouter le produit des Titans de Limoilou. Ce n’est pas notre pain et notre beurre les jeux truqués. On ne les prend pas à la légère. Sherbrooke est une équipe intense qui va se donner corps et âme. Ils vont jouer avec l’énergie du désespoir afin de poursuivre leur saison. Il faudra rivaliser au niveau de l’intensité.»