Canadiens de Montréal

Price au Colorado, l’échange «plein de sens»

Publié | Mis à jour

Compte tenu du tempérament réservé de Carey Price, on ne le verra probablement jamais piquer une crise comme celle de Patrick Roy, lors de la fameuse défaite de 11-1 des Canadiens de Montréal contre les Red Wings de Detroit.

Mais cela ne veut pas dire que l’histoire ne se répétera pas, selon Philippe Boucher, directeur général des Voltigeurs de Drummondville dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Verra-t-on une nouvelle fois les Canadiens échanger le meilleur gardien de la Ligue nationale de hockey (LNH) à l’Avalanche du Colorado, 25 ans plus tard? L’idée de Boucher est pour le moins audacieuse mais, bien exécutée, n’est assurément pas plus farfelue que le concept d’envoyer Roy et Mike Keane à Denver contre Jocelyn Thibault, Martin Rucinsky et Andrei Kovalenko.

«Un jour, si on veut se rajeunir devant le filet à Montréal, il y a Philipp Grubauer qui pourrait s’en venir, a justifié l’ancien défenseur de la LNH, jeudi à l’émission JiC sur TVA Sports. Au Colorado, on a pris un jeune défenseur gaucher du nom de Bowen Byram au premier tour du repêchage qui cadrerait bien à Montréal.»

«Selon moi, au Colorado, ce qui manque pour gagner la coupe Stanley dans les deux ou trois prochaines années, c’est Carey Price.» - Philippe Boucher

Évidemment, Boucher est conscient qu’un tel plan est légèrement difficile à réaliser, mais loin d’être dépourvu de sens. Reste qu'il faudrait beaucoup plus qu’un espoir et un jeune gardien pour convaincre le directeur général du CH, Marc Bergevin, de laisser aller Price, ce portier que d’aucuns considèrent comme le meilleur gardien de but de la planète.

Sur le plan financier, l’échange n’est pas impossible non plus à l’heure actuelle, comme l’Avalanche dispose de 8,35 millions $ sous le plafond salarial et que le numéro 31 accapare 10,5 millions $ annuellement sur la masse salariale montréalaise. Dans un échange de bons procédés impliquant d’autres joueurs, la caisse pourrait balancer.

«Je ne veux pas lancer de rumeur, mais c’est un peu ma job de directeur général dans le junior de faire des transactions, et c’est un peu mon rôle de regarder ce qui se passe dans la Ligue nationale. Je vois que c’est quelque chose qui pourrait faire énormément de sens pour les deux équipes», note-t-il.

Pas Samuel Girard

Au moment d’écrire ces lignes, Byram, un défenseur gaucher, venait au deuxième rang des marqueurs des Giants de Vancouver avec 12 points en 12 matchs dans la Ligue de hockey junior de l’Ouest (WHL).

Pour un club comme le Bleu-blanc-rouge, il y a un autre défenseur gaucher intéressant au Colorado : Samuel Girard. L’arrière de 21 ans est devenu un des membres importants du contingent défensif du club des Rocheuses.

«Au Colorado, si on veut gagner la coupe Stanley, on va avoir plus de besoin de Samuel Girard que d’un jeune de 18 ans», exclut Boucher.

Dans tous les cas, que les partisans du Tricolore aiment ou non Carey Price, ils ne veulent certainement pas voir un autre gardien d’élite quitter Montréal pour aller gagner deux coupes Stanley avec l’Avalanche.