LHJMQ

Patrick Roy lance un message clair à ses joueurs

Publié | Mis à jour

Ramenés sur terre le week-end dernier par l’Océanic de Rimouski, les Remparts seront en quête de rédemption lors de la visite du Drakkar de Baie-Comeau au Centre Vidéotron, mercredi soir.

Si la troupe de Patrick Roy (8-4) a perdu ses deux dernières sorties, c’est surtout la façon avec laquelle elle a été dominée qui a dérangé. Et avec l’infirmerie qui déborde, la tâche ne sera pas aussi facile qu’elle le laisse présager contre un adversaire (3-8-2) qui traverse une séquence de quatre revers.

Blessé au haut du corps dimanche, à Rimouski, le défenseur recrue Édouard Cournoyer a été le dernier à s’ajouter à la liste d’éclopés qui compte également Andrew Coxhead (haut du corps), Dylan Schives (commotion), Nicolas Savoie (genou) et Aleksei Sergeev (épaule). Cournoyer se promenait avec le bras droit en écharpe, mardi, pendant que ses coéquipiers s’exerçaient sur la glace du Pavillon de la jeunesse.

«Ça fait longtemps que je n’ai pas vu une équipe être affectée par les blessures à ce niveau. Un moment donné, on met les joueurs dans les mauvaises chaises et on a des joueurs qui ne jouent pas à la hauteur de ce qu’on souhaiterait. Ça me permet de m’asseoir avec eux et de discuter pour m’assurer qu’ils retrouvent leur aplomb», a convenu le grand patron des opérations hockey des Diables rouges.

«Ce n’était pas la manière dont on voulait jouer en fin de semaine et il faut oublier ça. Ça fait partie de la courbe d’apprentissage avec une jeune équipe. Avec les blessés, c’est l’occasion pour d’autres d’élever leur jeu. Il faut revenir à ce qui faisait notre succès», a résumé le vétéran Darien Kielb, employé à outrance par Roy.

«Wake-up call»

À l’issue de la défaite de vendredi soir, le capitaine Félix Bibeau et Roy avaient parlé d’une mauvaise semaine à l’entraînement. Roy a senti que ses hommes se trouvaient dans un meilleur état d’esprit, mardi.

«J’appelle ça un "wake-up call", le cadran a sonné! On voit qu’il y a des équipes bien structurées et qui sont sur la coche. Le défi, c’est de ne pas laisser ces matchs-là affecter notre confiance. Demain [mercredi], il faut être prêt pour jouer un bon match devant nos partisans», a lancé l’entraîneur-chef, qui n’a pas cru bon sortir le fouet, une méthode «dépassée de l’époque de Scotty Bowman», selon lui.

Questionné sur le rendement du Japonais Yu Sato, qui n’a récolté que trois aides à ses dix premiers matchs tout en affichant un différentiel de -5, Roy a dit espérer que les choses débloqueront prochainement pour lui. L’attaquant de 17 ans a été choisi en première ronde lors de la séance de sélection des joueurs internationaux de la Ligue canadienne.

«Après 12 matchs [de l’équipe], force est d’admettre qu’il n’a pas livré ce qu’on souhaiterait voir de la part d’un joueur international. J’essaie d’être patient avec lui. Il se met beaucoup de pression, il veut bien performer, il veut marquer. Je pense que ça va l’aider beaucoup si ça peut arriver. Cela dit, il n’est peut-être encore à maturité au niveau de sa force physique.»

Carmine-Anthony Pagliarulo obtiendra le départ devant la cage québécoise, mercredi soir.