Crédit : Joe Nicholson-USA TODAY Sports

MLS

Un premier tour spectaculaire, un deuxième qui promet!

Un premier tour spectaculaire, un deuxième qui promet!

Patrice Bernier

Publié 21 octobre
Mis à jour 21 octobre

Le premier tour éliminatoire est maintenant chose du passé dans la MLS et franchement, le spectacle offert a été de grande qualité.

C’est la toute première fois que la formule «mort subite» était utilisée et sachant qu’elles n’avaient qu’un match pour se prouver, les équipes ont tout donné et les performances sur le terrain en ont été très positivement affectées.

Au total, 25 buts auront été marqués lors de cette première ronde; un record dans la MLS.

L’importance de la saison régulière

Lorsque l’on prend le temps d’examiner en détails les différents résultats, une tendance saute aux yeux : la saison régulière est extrêmement importante. Je m’explique.

Avec le nouveau format des séries, les différentes formations bataillent maintenant, lors du calendrier régulier, pour obtenir l’avantage du terrain lors du tournoi d’après-saison.

En 1ère ronde, cinq des six équipes évoluant à domicile ont d’ailleurs eu le dessus sur leur opposant.

En fait, seul le Minnesota a baissé pavillon contre le LA Galaxy, et l’équipe doit sa défaite à un flagrant manque de lucidité.

Historiquement, les équipes en demi-finale des séries sont très souvent celles qui ont terminé aux deux premiers rangs de leurs associations respectives. C’est un autre élément qui appuie la thèse de l’importance de connaître une bonne saison.

Le seul contre-exemple qui me vient en tête est celui des Rapids du Colorado en 2010.

L’équipe avait conclu sa saison au 5e rang dans l’Ouest, avant de finalement remporter la Coupe MLS.

Le LA Galaxy, qui s’est classé au 5e rang cette saison, pourrait-il imiter le Colorado? Les dernières années et les statistiques laissent croire que non.

Place à la deuxième ronde!

Après, on le disait, un premier tour endiablé, il est maintenant temps de passer à la deuxième ronde.

Si, en séries, la position au classement obtenue en saison semble dicter le parcours d’une équipe, la réalité est bien différente de mars à septembre.

Cette saison, les équipes classées plus basses que leurs opposants ont très souvent eu le dessus.

Par exemple, entre le Toronto FC et le NYC FC, deux équipes qui s’affronteront cette semaine, c’est Toronto qui a eu le meilleur en saison régulière (1V, 1N), même si son rang au classement était moins élevé.

Idem pour le duel entre Philadelphie et Atlanta, où l’Union a présenté cette saison une fiche d’un gain et d’un verdict nul contre l’équipe de Josef Martinez.

Pour ce qui est de l’affrontement «tout LA», le LA Galaxy semble aussi avoir le numéro du LAFC, alors que la bande à Zlatan a terminé la saison en ne donnant que des miettes à ses rivaux californiens (1V, 1N).

Mais quand même. Avec une formule sans matchs-retour, je donne l’avantage aux équipes qui évolueront à domicile. Surtout avec la fiche que ces formations ont compilée devant leurs partisans cette saison.

Atlanta  n’a perdu que deux matchs devant ses fans.

Le New York City FC, lui, un seul.

Dans le cas des Sounders de Seattle, qui se frotteront au surprenant Real Salt Lake, l’équipe n’a baissé pavillon que deux fois au CenturyLink Field.

Finalement, une seule équipe est parvenue à vaincre le LAFC sur son propre terrain.

Mes prédictions

Assez parlé! Voici maintenant mes prédictions pour les duels à venir.

NYC FC – TFC : On parle de deux équipes méticuleuses qui aiment garder le ballon et dont les joueurs permutent énormément. Léger avantage à New York.

ATL – PHI : Même si l’Union a marqué beaucoup de buts contre les Red Bulls, je donne l’avantage à Atlanta. Comment miser contre une équipe qui compte sur Barco et Martinez?

SEA – RSL : Même si le Real Salt Lake représente une belle surprise, Jordan Morris est en confiance et est très dangereux chez les Sounders. Je donne l’avantage à Seattle, d’autant plus que l’équipe à beaucoup d’expérience en séries.

LAFC – LA Galaxy : Malgré la domination du LA Galaxy en saison régulière, je donne l’avantage au LAFC de Carlos Vela. D’abord, parce que le Galaxy a présenté d’inquiétantes lacunes défensives contre le Minnesota. Mais également parce que le LAFC sera frais et dispo après plusieurs jours de repos, contrairement à la bande de Zlatan Ibrahimovic.