Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

LHJMQ

Une occasion en or pour Cédric Paré

Publié | Mis à jour

Pour Cédric Paré, l’occasion était trop belle. Qui n’a jamais rêvé de jouer aux côtés du meilleur joueur de son groupe d’âge?

Muté à Alexis Lafrenière, qui pourrait devenir le premier Québécois depuis 2003 à être le premier appelé à la séance de sélection de la LNH, l’attaquant de Pintendre vit en quelque sorte un rêve éveillé depuis le début de la saison en formant, incluant le Russe Dmitri Zavgorodniy, le trio le plus explosif de toute la LHJMQ. Les trois hockeyeurs avaient produit 78 points en date d’hier.

«C’est vraiment une belle chance et c’est une opportunité à saisir. C’est probablement sa dernière année. Il y a beaucoup de recruteurs à nos matchs et j’essaie juste de me faire valoir à chaque match. Je veux aussi ressortir», a mentionné le vétéran de 20 ans.

L’histoire rappelle celles de Marc-Antoine Pouliot et de Dany Roussin lorsque Doris Labonté avait décidé de les jumeler avec un certain Sidney Crosby en 2004-2005. Roussin avait relancé sa carrière, amassant 116 points avant d’être sélectionné par les Kings de Los Angeles en deuxième ronde.

«Quand j’ai vu à la pratique qu’il [Serge Beausoleil, l’entraineur-chef] nous avait mis ensemble, je ne me suis pas mis de pression particulière. Je me suis dit qu’il fallait que je fasse des jeux avec lui et pour l’instant, ça marche bien. On aime jouer les trois ensemble», a déclaré Paré, qui n’avait joué qu’une période l’an passé en compagnie de l’électrisant numéro 11.

Des tirs à profusion

Pendant que son capitaine trônait au sommet des pointeurs avec ses neuf buts et 29 points avant le rendez-vous de vendredi soir au Centre Vidéotron, Paré s’est faufilé juste derrière lui en vertu d’une récolte de 14 filets et 25 points. Si sa moyenne de points par match de 2,27 fait saliver, son taux de réussite de 20,3 aux tirs impressionne également. Sa production la plus éloquente lors de ses trois dernières campagnes avait été de 49 points.

«J’apporte plus de rondelles au filet et c’est sûr qu’ils m’alimentent bien aussi. Je suis capable de faire des jeux avec eux aussi. Ils sont tellement bons que peu importe où tu es sur la patinoire, ils vont te trouver. On se complète bien», a souligné le centre.

N’empêche qu’en dépit de ses succès, Paré, invité au dernier camp des recrues Jets de Winnipeg, reste bien humble.

«C’est le fun, mais je ne m’assois pas là-dessus. Je veux continuer à performer. Pour moi, les statistiques sont secondaires. L’important, c’est de bien jouer soir après soir et d’être constant.»

St-Laurent pas surpris

Son ancien coéquipier chez les Commandeurs de Lévis et bon ami, Édouard St-Laurent, n’est pour sa part pas étonné par la contribution de Paré.

«Je ne suis pas surpris pantoute. C’est quelqu’un qui travaille très fort, il a beaucoup de talent et il est rendu à 20 ans, c’est une bonne année pour lui et je suis content que ça débloque pour lui», a-t-il confié au Journal de Québec.