BBA-BBN-BBO-SPO-PHILADELPHIA-PHILLIES-V-WASHINGTON-NATIONALS

Crédit : AFP

Baseball - MLB

Bryce Harper n’est pas jaloux

Publié | Mis à jour

L’ancien joueur des Nationals de Washington Bryce Harper ne regret pas son choix d’avoir quitté l’équipe qui se retrouve maintenant en Série mondiale.

Ayant décidé d’accepter une offre de 13 ans et d’une valeur de 330 millions $ des Phillies de Philadelphie, lors de la dernière saison morte du baseball majeur, Harper est catégorique quand on lui demande s’il envie ses anciens coéquipiers.

«Non, a-t-il dit au site internet The Athletic. Vous savez, la jalousie n’est pas une bonne chose. Je suis simplement heureux de pouvoir faire ce que je fais et de ne pas avoir d’envies par rapport aux autres.»

«Je ne me dis pas : "oh mon dieu, je ne peux pas croire que je ne suis pas un Nationals" ou "oh, mon dieu, ces gars-là font ce qu’ils font et je ne peux pas le croire. Je suis tellement jaloux". Non, je suis tellement heureux pour eux», a ajouté celui qui a joué sept saisons avec la formation de la capitale américaine.

Un spectateur attentif

Définitivement pas amer, Harper regarde même les affrontements des Nationals depuis le début du mois d’octobre, alors que son équipe à lui n’a pas été en mesure de se qualifier pour les éliminatoires.

«Je les regarde énormément, a exprimé l’athlète de 27. Ce sont les gars avec qui j’ai joué et avec qui j’ai grandi dans l’organisation. Je ne leur souhaite rien de moins que le meilleur et c’est sincère. Je n’ai aucun ressentiment envers eux, Mike Rizzo (le DG des Nationals) ou qui que ce soit.»

Harper n’est d’ailleurs même pas fâché contre les ses anciens partisans qui le nargue en mortifiant son ancien gilet des «Nats».

«Ils ont acheté le chandail, a indiqué Harper en riant. C’est terminé. Je porte le numéro 3 maintenant et je joue pour les Phillies de Philadelphie. [...] J’ai apprécié leur support envers moi dans le passé et qu’ils achètent ce gilet, mais maintenant, ils peuvent bien en faire ce qu’ils veulent. Ces chandails leur appartiennent.»