Les Partants

L’heure approche pour Artur Beterbiev

Publié | Mis à jour

Le boxeur d’origine tchétchène basé à Montréal, Artur Beterbiev, tentera de mettre la main sur une deuxième ceinture, vendredi soir, alors qu’il affrontera l’Ukrainien Oleksandr Gvozdyk, à Philadelphie.

Berterbiev (14-0-0, 14 K.-O.) voudra ainsi ravir le titre du WBC des mi-lourds à Gvozdyk (17-0-0, 14 K.-O.) et ainsi l’ajouter à celui de l’IBF dans la même catégorie de poids.

Gvozdyk est très connu au Québec pour avoir vaincu, dans des circonstances incroyablement tristes, le Québécois Adonis Stevenson en décembre dernier. Mais pour Marc Ramsay, l’entraîneur de Beterbiev, le Russe est un combattant plus complet que son rival.

«On pense avoir un boxeur un petit peu plus complet, a souligné Ramsay, jeudi, lors de l’émission Les Partants sur les ondes de TVA Sports. Bien sûr, les gens voient la force de frappe de Beterbiev, mais dans notre évaluation, Artur est un bien meilleur boxeur que les gens peuvent imaginer. Son côté technique est sous-estimé. De l’autre côté, il faut faire attention, c’est effectivement un excellent technicien, qui a une bonne force de frappe, qui est assez fort physiquement également. C’est un vrai "challenge" entre deux champions.»

Et comme c’est son habitude, Ramsay a évoqué tous les scénarios dans la préparation de son boxeur.

«On peut considérer certainement (se rendre à la limite), a expliqué l’entraîneur. Dans ce genre de combat majeur, il faut être en mesure de bien préparer tout. On ne peut pas aller là dans l’idée que ça va durer quelques rounds. Il faut préparer tous les scénarios, surtout avec un adversaire du calibre de Gvozdyk.»

Ce ne sera pas le premier duel entre les deux boxeurs, qui avaient croisé les gants, il y a 10 ans chez les amateurs, alors que Beterbiev avait arrêté l’Ukrainien au deuxième round.

«On en a parlé un peu au début du camp d’entraînement, a confié Ramsay. J’ai pris le temps de savoir ce qui s’était passé et comment ça s’était passé. Même si les boxeurs ont beaucoup changé, on parle de 10 ans, il reste que les styles sont sensiblement les mêmes qu’ils étaient à l’époque. Je voulais avoir un peu d’information sur le déroulement de ce premier combat. On en a tenu compte un peu, mais ce n’est pas un aspect qui est majeur dans la préparation.»

Rien dans le dossier d’Oscar Rivas

Ramsay est également revenu sur le dossier controversé de la défaite d’un autre de ses boxeurs, Oscar Rivas, en juillet dernier en Angleterre face à Dillian Whyte, qui avait alors échoué à un test antidopage.

«Je n’ai toujours pas d’information sur ce qui se passe, a souligné Ramsay. Je sais que le gérant d’Oscar Rivas, Stéphane Lépine, a fait des démarches en Angleterre pour avoir des renseignements avant de déposer un appel de procès. Le tout est très long. On a peu d’informations. Il n’y a pas grand-chose qui se passe.»

Voyez l’entrevue intégrale dans la vidéo ci-dessus.