JiC

Beterbiev, «un soldat» qui n’a «aucun vice»

Publié | Mis à jour

Le boxeur tchétchène Artur Beterbiev disputera le combat le plus important de sa carrière, vendredi soir à Philadelphie et son bon ami Georges St-Pierre ne doute pas de sa capacité à l’emporter.

Beterbiev (14-0-0, 14 K.-O.) se mesurera à l’Ukrainien Oleksandr Gvozdyk (17-0-0, 14 K.-O.), tombeur d’Adonis Stevenson en décembre dernier, dans un duel qui permettra, à moins d’un match nul, d’unifier les ceintures IBF et WBC des mi-lourds.

Selon «GSP», qui a beaucoup côtoyé Beterbiev ces derniers temps, le Tchétchène mène une vie qui lui permet de mettre absolument toutes les chances de son bord dans son métier de boxeur.

«Il est beaucoup plus discipliné que je ne l'ai jamais été», a-t-il avoué, jeudi, en entrevue à «JiC».

«C'est aussi la religion qui l'aide de ce côté-là, il n’est pas attiré par aucun des vices qui attirent les athlètes "normaux", a ajouté le Québécois. Les femmes, l'argent, les sorties, l'alcool, ça ne lui dit rien. C'est quelqu'un qui a un but en tête, qui ne voit que ça et c'est ça qui fait sa force.»

St-Pierre croit également que ces outils, ou ces habitudes, permettront à Beterbiev de rester au sommet longtemps.

«Quand tu deviens champion, souvent, tu te fais influencer, a-t-il expliqué. Je peux vous le dire, ça m'est arrivé. Quand j'ai gagné mon premier titre mondial, j'ai perdu ma première défense parce que justement, une des raisons principales était que je m'étais fait enfler la tête et tout.»

«Quand tu es champion, tu as un accès plus facile à des choses que tu n'avais pas avant, a poursuivi St-Pierre. Ça a une mauvaise influence. Quand tu es jeune, tu te laisses avoir par ça. Mais Artur, je ne suis pas inquiet que ça lui arrive. Il est droit, c'est un soldat et il va rester là pendant longtemps.»

D’ailleurs, GSP donne son ami vainqueur pour le combat de vendredi.

«Je prédis une victoire d'Artur, je ne pense pas que ça va être facile, a-t-il observé. Gvozdyk se déplace très bien, mais Artur est très, très bon pour cadrer son adversaire. Ça va se jouer sur le jeu de pieds, je pense. Je ne suis pas un expert en boxe, mais d'après ce que je connais, Artur est très bon pour cadrer l'adversaire, et s'il réussit à cadrer Gvozdyk, c'est là qu'il peut lui faire mal.»

«Gvozdyk se déplace beaucoup, il est très bon pour contrôler la distance, il est dur à toucher, a ajouté l’ancienne vedette de l’UFC. Il est très créatif. Ça va être intéressant, mais j'ai confiance en mon ami Artur et je suis convaincu qu'il va rester champion et qu'on va entendre, le soir du combat, "and still... world champion!".»

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.