Top Rank Boxing Fall Schedule News Conference

Crédit : AFP

Boxe

Beterbiev et Gvozdyk respectent la limite

Agence QMI / Mathieu Boulay

Publié | Mis à jour

Sans trop de difficultés, Artur Beterbiev et son adversaire Oleksandr Gvozdyk ont respecté la limite de poids de 175 lb lors de la pesée officielle présentée jeudi à l’hôtel Renaissance de Philadelphie.

Le Québécois d’origine tchétchène (14-0, 14 K.-O.) a fait osciller la balance à 174,5 lb alors que l’Ukrainien (17-0, 14 K.-O.) a été plus léger avec un poids de 174,3 lb. Donc, tout est ordre pour ce duel où les titres de l’International Boxing Federation (IBF) et du World Boxing Council (WBC) seront à l’enjeu.

À LIRE AUSSI : Beterbiev, le soldat sans vice

Une deuxième pesée aura lieu vendredi matin en vertu des règlements de l’IBF. Les deux pugilistes ne pourront pas dépasser le poids de 185 lb.

Beterbiev, détenteur de la ceinture IBF, était en grande forme. On l’a vu sourire à quelques reprises. Il était détendu avant et pendant la pesée. On peut dire la même chose de Gvozdyk qui a détrôné Stevenson au sommet du WBC, le 1er décembre dernier, au Centre Vidéotron.

Pour ce qui est du face-à-face, il fut intense. La tension était à son maximum et on a senti que les deux athlètes avaient hâte d’en découdre.

On peut donner un léger avantage à Beterbiev, car il a été le dernier à se retourner vers les caméras. Toutefois, lorsque la première cloche sonnera, ça ne voudra plus rien dire.

Une bataille de styles

On aura droit à une confrontation de styles dans le ring du Liacouras Center, un amphithéâtre de 10 000 places qui appartient à l’Université Temple. Beterbiev a un coffre d’outils bien rempli avec une force de frappe hors du commun. Ses 14 knock-out en autant de combats sont là pour prouver.

Du côté de Gvozdyk, c’est sa technique qui l’a amené à ce niveau. Il a fait ses classes au sein de l’excellente école ukrainienne. Son jab et ses déplacements causent des maux de tête à ses adversaires. Ces deux qualités lui avaient permis de se tenir loin des coups de puissance d’Adonis Stevenson.

Le patron de Top Rank Bob Arum a mentionné qu’on aurait droit au combat de l’année entre Beterbiev et Gvozdyk. Le promoteur n’est pas né de la dernière pluie. Il en a vu des gros combats au cours de sa longue carrière. Est-ce que sa vision se concrétisera ? On en saura plus vers 23h.

Prédiction

C’est le temps de sortir ma boule de cristal. Le choc Beterbiev-Gvozdyk m’intrigue en raison des styles des deux boxeurs et de l’enjeu. Dans le jargon de la boxe, on parle d’un combat 50-50 et je suis d’accord avec cette affirmation.

J’ai beaucoup de respect envers Gvozdyk qui est venu battre Stevenson sur son propre terrain pour devenir champion du monde. Il n’a pas volé sa victoire dans ce combat très serré. Il a surtout prouvé qu’il pouvait encaisser la puissance de «Superman».

Gvozdyk avait été méthodique et il a explosé au bon moment pour l’emporter. Il aura le même type d’approche contre Beterbiev. Il va tout tenter pour éviter les échanges musclés avec le Québécois d’origine tchétchène. Si ce n’est pas le cas, ça pourrait faire mal surtout si le champion IBF travaille à courte distance.

Après des victoires contre des adversaires un peu décevants, Beterbiev a besoin d’une grosse performance contre Gvozdyk. Il doit prouver qu’il est l’homme à battre dans la division des mi-lourds. J’aimerais qu’il puisse réaliser un coup d’éclat pour faire taire ses dénigreurs au Québec.

Beterbiev veut ce combat depuis qu’il a été sacré champion du monde. Il doit maintenant livrer la marchandise. Il doit atteindre les hautes attentes placées en lui depuis son arrivée en sol montréalais. C’est aussi simple que cela.

Même si Gvozdyk est légèrement favori par les sites de paris sportifs, je vois une victoire de Beterbiev par knock-out au 8e round. Il écrira alors une page d’histoire.