League Championship Series - St Louis Cardinals v Washington Nationals - Game Four

Crédit : AFP

Baseball - MLB

Les Nationals en Série mondiale : rien à voir avec Montréal?

Publié | Mis à jour

Même si les années ont contribué à dissocier les Expos de Montréal des Nationals de Washington, la présence de cette équipe en Série mondiale vient inévitablement ressasser quelques souvenirs aux plus vieux partisans de baseball du Québec. Pour plusieurs, ça vient remuer le couteau dans la plaie, même 15 ans après le départ du club de Montréal. Qu’on le veuille ou non, il s’agit de la même concession.

Le 6 juillet dernier, dans un match disputé au Nationals Park, la formation de Washington avait d’ailleurs rendu hommage aux Expos en portant le célèbre uniforme bleu poudre du club montréalais. Le lanceur partant Max Scherzer avait guidé les Nationals vers une victoire de 6 à 0 contre les Royals de Kansas City. En sept manches, il n’avait concédé que quatre coups sûrs et un but sur balles. Il avait par ailleurs effectué 11 retraits au bâton.

Dans un autre clin d’œil au passé, le légendaire Vladimir Guerrero, membre du Temple de la renommée depuis 2018, avait effectué le lancer protocolaire avant le début de cette rencontre. Le gérant des Nationals, Dave Martinez, qui a aussi joué pour les Expos, était ensuite venu lui donner l’accolade au monticule.

Il s’agit d’une première présence en Série mondiale pour les Nationals qui, lors de leurs quatre participations précédentes aux éliminatoires (2012, 2014, 2016 et 2017), avaient été vaincus chaque fois en série de division.

À l’époque des Expos, où le format éliminatoire était différent, Montréal avait part aux matchs d'après-saison à une seule occasion, soit en 1981.

Rogers encore meilleur que Strasburg

Si les Nationals profitent cette année de l’excellence au monticule de Scherzer et de Stephen Strasburg, entre autres, il y a lieu de rappeler que les Expos étaient passés tout près de participer à la Série mondiale en 1981 grâce au lanceur Steve Rogers, principalement.

Cette année-là, c’est effectivement Rogers qui avait permis au club montréalais de se rendre aussi loin, en série de championnat face aux Dodgers de Los Angeles. Non seulement le numéro 45 des Expos avait vaincu Steve Carlton et les Phillies de Philadelphie à deux reprises lors de la série de division, mais il avait également dominé les Dodgers dans le troisième match de la finale de la Nationale.

L’histoire retiendra injustement le fameux circuit accordé par Rogers contre Rick Monday, le 19 octobre 1981. Cela n’efface toutefois pas les statistiques présentées par le lanceur lors de ces éliminatoires. En incluant la longue balle historique, Rogers avait accordé seulement trois points en 27 manches et deux tiers en séries cette année-là, ce qui se traduit par une moyenne de points mérités de 0,98. Même Strasburg, pourtant dominant, n’a pas fait mieux jusqu’ici.