JiC

La progression de Victor Mete inquiète

Publié | Mis à jour

Claude Julien a été très franc dans ses propos, mercredi, après l’entraînement des Canadiens de Montréal.

Voyez le segment du «Temple de la renommée» à «JiC»

Le pilote du Tricolore a déclaré qu’il fait de son mieux avec les éléments dont il dispose dans l’effectif et il a reconnu que le directeur général Marc Bergevin est à la recherche d’un défenseur gaucher de premier plan pour relancer la brigade.

«Dans la réponse de Claude Julien, moi je reviens à la nuance de l’an passé, à la date limite des transactions. Où est le défenseur gaucher?», a-t-il soulevé, à l’émission «JiC», à TVA Sports.

«Oublions celui qui est en Russie (Alexander Romanov). Il n’a même pas de contrat. Ça en prend un là! Il faut que tu fasses du magasinage. Tu dois en dénicher un quelque part.»

L’animateur Jean-Charles Lajoie n’était pas en désaccord avec ce sentiment d’urgence : «il va falloir parler de quelqu’un et il va falloir trouver quelqu’un!»

La progression de Victor Mete inquiète

L’une des lacunes en défense vient du fait que la première paire, composée de Shea Weber et de Victor Mete, représente actuellement un point d’interrogation.

Les deux arrières ont terminé la rencontre de mardi, face au Lightning de Tampa Bay, avec un différentiel de -2.

Employé pendant 19 min 40 s, Weber a obtenu moins de 20 minutes de temps de glace pour la troisième fois seulement depuis son arrivée à Montréal, en 2016-2017. Mete, lui, semble toujours faire ses classes à sa troisième campagne dans la LNH.

«C’est le même Claude Julien qui a fait graduer Victor Mete des rangs junior il y a deux ans. Lui que tous les recruteurs se déplaçaient pour voir jouer à London. Il semblait rempli de promesse», a rappelé Jean-Charles Lajoie.

«(Mardi) soir, c’est le même "flo" que j’ai vu il y a deux ans. Il n’y a aucune progression. Il n’y a pas d’excuses. C’était un joueur scruté par Trevor Timmins. Dirigé par Claude Julien. Où est la progression?»

Pour Pedneault, il ne fait aucun doute que Mete ne peut en donner plus.

«Est-ce que ses ressources sont limitées? Je crois que oui. »