LHJMQ

Le spécimen rare des Sags

Publié | Mis à jour

Hendrix Lapierre fera couler beaucoup d’encre chez les Saguenéens cette saison, mais le défenseur format géant Louis Crevier aura aussi son mot à dire dans les succès de la troupe de Yanick Jean.

Invité au camp de perfectionnement quelques jours après le repêchage puis au camp principal du Lightning de Tampa Bay en septembre, l’arrière de 6 pi 7 po a fait le plein de confiance au cours de cette première expérience professionnelle.

«Je ne suis pas nécessairement quelqu’un qui a beaucoup de confiance dans la vie de tous les jours, mais le fait d’aller là-bas m’a donné pas mal de confiance et ça m’a permis de croire un peu plus en moi, surtout en zone offensive, et de faire des jeux que je n’aurais peut-être pas faits l’an passé», a dévoilé le natif de Sainte-Foy.

On n’a pas de la misère à le croire en voyant ses statistiques depuis le début de la campagne. En sept matchs, excluant celui au Centre Vidéotron, il a déjà surpassé son total de buts (0) et de points (4) de l’an passé alors qu’il a récolté quatre buts et une aide.

Des muscles

S’il sait qu’il n’aura plus à changer de pointure de souliers dans l’avenir, il devra éventuellement revoir sa garde-robe. À 212 lb, l’ancien du Blizzard du Séminaire Saint-François est conscient qu’il devra continuer à ajouter de la viande autour de l’os.

«Des fois, le monde peut penser que c’est facile de jouer avec un gabarit de 6 pi 7 po, mais il faut que tu travailles aussi. J’ai fini de grandir, je vais pouvoir prendre un peu plus de muscles», a reconnu Crevier, qui dit avoir été impressionné par le comportement du vétéran Braydon Coburn en Floride.

Les hockeyeurs avec une telle charpente sont des spécimens rares. Son entraîneur voit en lui un joyau à polir.

«Il ne fait pas d’erreurs. Il contribue offensivement. Que le joueur de l’autre côté aille 6 pi 4 ou 5 pi 8, il trouve toujours un moyen avec son bâton [de l’arrêter]. C’est rare qu’on voit ce genre de joueur avec un gabarit comme ça, un sens du hockey, des mains et des pieds comme ça», a souligné Yanick Jean, convaincu que son poulain atteindra la LNH.