Bojan Krkic

Photo : Bojan Krkic Crédit : Dominick Gravel/Agence QMI

Impact de Montréal

Les meilleurs et les pires de l'Impact cette saison

Publié | Mis à jour

Il est difficile de trouver des points positifs quand une saison part en vrille comme ç’a été le cas pour l’Impact de Montréal en deuxième moitié de calendrier.

Il y a quand même quelques élèves qui ont ramené une copie assez positive, alors que d’autres ont offert un rendement en deçà de leurs capacités.

Voyons voir les premiers de classe et ceux qui doivent améliorer certains aspects de leur jeu.

Gardiens:

Clément Diop | 7,5
La belle surprise de la fin de la saison. Il est en grande partie responsable de la victoire de l’équipe en finale du Championnat canadien par la confiance qu’il a inspirée à ses coéquipiers et pour la justesse de ses interventions. Il n’a pas perdu lors des deux matchs de Major League Soccer (MLS) qu’il a disputés.

Evan Bush | 5,5
Après avoir connu une saison 2018 exceptionnelle, il a régressé en 2019. C’est vrai qu’il n’a pas eu beaucoup d’aide de la part de sa défensive, mais il a aussi commis plusieurs erreurs qui ont mené à des buts et à de bien mauvais moments. Sa prise de décision était moins assumée que l’an passé.

James Pantemis | --
Il n’a joué que deux matchs du Championnat canadien, étant tantôt solide, tantôt chancelant. Il a tout simplement besoin de jouer.

Jason Beaulieu | --
N’a pas joué.

Défenseurs:

Bacary Sagna | 7,5
Parmi les réguliers, il a été le plus régulier. Malgré ses 36 ans, il joue toujours avec autant d’énergie et d’assurance. Il est l’un des rares arrières à ne pas avoir disputé un vrai mauvais match au cours de cette saison difficile.

Jukka Raitala | 7
Travailleur infatigable qui joue de façon à ne pas courir trop de risques, ce qui évite qu’il ne commette trop d’erreurs. Il n’est pas très flamboyant, mais c’est comme ça qu’il est efficace. On l’a vu sauver des ballons près de la ligne des buts à quelques reprises.

Zachary Brault-Guillard | 7
Il n’a pas eu une tonne de minutes, mais ce qu’on a vu de lui donne envie de le revoir l’an prochain, si son prêt est prolongé. Il joue avec confiance, prend de bonnes décisions et ne déteste pas le jeu physique.

Victor Cabrera | 6,5
Il lui arrive encore à l’occasion d’avoir une bulle au cerveau, mais de façon générale, il a été plus constant que lors des saisons précédentes. On se demande toujours s’il est un partant ou un substitut de luxe.

Rudy Camacho | 6
Il n’a pas connu un début de saison très facile, mais il a commencé à enchaîner les matchs en deuxième moitié de calendrier et a trouvé un certain rythme dans son jeu. On se questionne encore sur sa vitesse. Il a du mal à s’ajuster à la cadence de la MLS.

Daniel Lovitz | 5
On ne sait pas si c’est le fait qu’il n’a pas de contrat pour l’an prochain qui le tracassait, mais il a disputé une saison nettement inférieure aux deux précédentes et ça s’est détérioré au retour de la Gold Cup. Il n’était même pas au sein de la formation de 18 joueurs dans la dernière rencontre de l’année.

Rod Fanni | --
Il n’a joué que trois matchs, il est donc difficile de lui donner une note. Par contre, on a vu le même joueur que la saison dernière. Sa seule présence a contribué à donner de l’assurance à une unité défensive qui prenait l’eau de partout depuis le début de la saison.

Jorge Corrales, Daniel Kinumbe | --
N’ont pas assez joué.

Karifa Yao | --
N’a pas joué.

Milieux:

Bojan Krkic | 8
Il n’a pas joué des tonnes de matchs, mais on en a assez vu pour constater que l’Espagnol relève la qualité technique d’un milieu de terrain qui en avait drôlement besoin.

Samuel Piette | 7,5
Toujours fidèle au poste et efficace en récupération de ballon, le Québécois n’a pas connu beaucoup de mauvais matchs. On aimerait cependant qu’il joue plus vers l’avant, ce qu’il a fait plus souvent en fin de saison.

Shamit Shome | 7
Le joueur qui a connu la plus belle progression de l’année. L’Albertain a enfin obtenu beaucoup de minutes et il les a bien utilisées en démontrant beaucoup d’intelligence et de hargne. Il doit polir l’aspect offensif de son jeu.

Saphir Taïder | 6,5
De nombreux partisans l’ont pris comme souffre-douleur et parfois avec raison. Taïder a parfois tendance à trop vouloir en faire, ce qui fait qu’il dépense mal son énergie. Dans l’ensemble, il a fait plus de bien que de mal, surtout qu’on l’a souvent utilisé dans un rôle défensif qui lui convient moins bien.

Orji Okwonkwo | 6,5
Il affirme ne pas pouvoir s’adapter au style de jeu de la MLS, mais il semble taillé sur mesure pour y jouer avec sa grande vitesse et ses courses en fond de terrain. Il a un sens du but certain, il doit travailler sur sa constance parce qu’il n’a terminé que trois matchs cette saison.

Ignacio Piatti | 6
Le vétéran n’a joué que le tiers de la saison, les blessures ayant le meilleur de lui. Même s’il se disait finalement en santé en fin de campagne, il a marqué ses trois buts dans les trois premiers matchs de l’année. Sa décision de ne pas se présenter au bilan de fin de saison reflète un manque de professionnalisme qui n’est pas coutumier.

Lassi Lappalainen | 6
Il a démontré de belles promesses avec deux matchs de deux buts et sa grande vitesse. Il possède une belle intelligence de jeu, mais il doit être en mesure de ne pas s’effacer dans un match, ce qu’il a souvent fait, surtout à l’étranger.

Mathieu Choinière | 6
Il progresse, mais il a besoin de temps de jeu, surtout dans l’axe, sa position naturelle. On l’a surtout vu comme ailier cette année. Ça demeure un projet à moyen terme.

Clément Bayiha | 6
Il jouait avec plus de confiance vers la fin de la saison. Toutefois, c’est un autre jeune joueur qui a surtout besoin de jouer beaucoup pour trouver son rythme et s’adapter au style de jeu de la MLS. C’est prometteur.

Ken Krolicki | 5,5
C’était l’étoile montante de la saison 2018, mais une blessure lui a fait perdre son poste aux mains de Shome, qui lui est supérieur. On ne pourra jamais remettre en question son éthique de travail ni son volume de jeu. Cependant, il est loin du Canadien à bien des égards.

Ballou Tabla | --
Il a très peu joué, difficile de lui donner une note, mais on peut affirmer qu’il a été une déception, puisque son retour surprise en faisait rêver plus d’un. Même s’il a passé un an à Barcelone, il doit encore apprendre à devenir un professionnel et développer sa maturité.

Amar Sejdic | --
Il a très peu joué, mais un match complet en fin de saison a laissé une très belle impression. On aurait dû lui trouver un prêt pour qu’il puisse accumuler les minutes. Une autre victime de l’absence d’une équipe de réserve.

Attaquants:

Anthony Jackson-Hamel | 6
Une blessure a mis fin à sa saison prématurément. Le Québécois a tout de même su faire d’assez belles choses avec le peu de temps de jeu qu’il a obtenu. Il doit encore comprendre son rôle et c’est dommage d’en être encore là à 26 ans.

Maximiliano Urruti | 5,5
Il court. Beaucoup. Par contre, c’est un attaquant et une production de quatre buts en 31 matchs n’est tout simplement pas suffisante. Heureusement qu’il a ajouté six passes décisives. Sa place n’est tout simplement pas près du but, mais un peu décalée. On doit louer son effort pour contribuer au jeu défensif.

Entraîneurs:

Rémi Garde | 6
Le courant ne passait plus entre ses joueurs et lui et son entêtement à jouer un foot très défensif dérangeait, mais avait-il le choix? Il a peut-être été dur avec certains joueurs qui ne le méritaient pas nécessairement, mais c’était le meilleur atout de cette équipe. Son congédiement est arrivé au mauvais moment, même s’il était sans doute nécessaire. Il n’a jamais eu tous les outils pour livrer son plein potentiel.

Wilmer Cabrera | 5,5
Sa fiche de 2-4-1 en MLS n’est pas reluisante, mais il a permis à l’équipe de remporter le Championnat canadien en pilotant la finale. Il est difficile de bien évaluer sa contribution réelle. Il aura au moins insisté pour que l’équipe joue vers l’avant, ce qu’elle ne faisait pas assez sous Garde.