Canadiens

Les cinq phases d’adaptation de Nick Suzuki

Publié | Mis à jour

Pour une recrue, décrocher un poste n’est que la moitié du combat. La constance et l’effort sont la clé du succès. C’est ce que Nick Suzuki est en train d’apprendre après trois matchs dans la LNH.

L’entraîneur-chef des Canadiens de Montréal Claude Julien a déclaré après la rencontre de mercredi, chez les Sabres de Buffalo, que le jeune attaquant n’offre pas le même niveau d’intensité que celui déployé au camp d’entraînement.

Et même si le jeune attaquant est parvenu à inscrire son premier point dans les rangs professionnels, l’Ontarien a été muté sur le quatrième trio pendant la rencontre, lui qui semblait sur les talons.

Selon l’analyste Alain Chainey, il faut que le jeune prenne confiance. Pour y arriver, une rétrogradation n’est pas impossible.

«Si la situation persiste, il faudra se poser la question : est-ce qu’il serait mieux qu’il joue dans la Ligue américaine comme le fait présentement Ryan Poehling?», a-t-il soulevé aux «Partants», jeudi, à TVA Sports.

«C’est beau de forcer la venue d’un jeune dans une formation, mais il faut qu’il soit efficace et que son temps de jeu lui permette de progresser», a ajouté l'ancien recruteur des Ducks d'Anaheim.

«Donnons-lui une dizaine de matchs pour voir comment il s’ajustera. Pour les jeunes qui sont intelligents, c’est souvent le cas.»

Que faire avec Suzuki?

Suzuki et le défenseur Cale Fleury ont été les deux jeunes qui étaient de la formation partante. Le deuxième a été rayé de la formation à Buffalo.

L'autre a été utilisé pendant 12 min 29s face aux Sabres. Si son temps de glace continue de diminuer, Alain Chainey croit qu’il serait effectivement mieux de le rétrograder chez le Rocket de Laval pour qu'il domine.

Pendant que se poursuit l'évaluation de 10 matchs, serait-il mieux que le joueur de 20 ans soit employé au centre, sa position naturelle?

«Pour un jeune, jouer au centre dans la LNH est très difficile. Les responsabilités défensives sont immenses. C'est plus facile pour lui de jouer à l'aile, a noté l'expert du recrutement. Mais tu peux l'insérer dans des mises au jeu importantes.

«C'es très difficile pour un jeune joueur de centre de progresser immédiatement.»

Crédit photo : Martin Chevalier / JdeM

Alain Chainey a énoncé et décortiqué cinq phases d’adaptation pour les recrues qui tentent de percer dans la LNH.

Voici le résumé de sa théorie :

1- Le camp des recrues 

Tout est en fonction de l’espace de manœuvre que tu as sur la patinoire pour bien faire. Au camp des recrues, tu en as beaucoup et les jeunes joueurs peuvent exploiter leur talent

2- Les matchs intraéquipes

Encore une fois, il y a de l’espace pour les joueurs qui veulent se mettre en évidence et l’intensité augmente.

3- Début de la saison régulière

On monte d’un cran au niveau de l’intensité.  L’espace de manœuvre est restreint et c’est beaucoup plus difficile pour un jeune de se démarquer.

On le voit présentement avec Suzuki. Il manque d’explosion. Lorsqu’il ne peut utiliser sa rapidité, qu’il manque d’espace et c’est plus difficile pour lui de se faire justice.

Cependant en supériorité numérique à 5 contre 4, il a beaucoup plus d’espace pour se servir de ses mains habiles et de sa créativité avec la rondelle.

4- Deux derniers mois de la saison régulière

Les équipes veulent se positionner en vue des séries éliminatoires. C’est très restreint comme espace. On se rend compte qu’il diminue. C’est de plus en plus difficile pour un jeune de se démarquer.

5- Séries éliminatoires

C’est une autre paire de manches. C’est une autre saison, on le dit souvent. C’est un cliché. Cependant, c’est la vérité.

L’intensité est à son maximum. L’espace de manœuvre est inexistant. Très souvent, le jeu est ramené aux rampes et aux coins de patinoire. Des confrontations à un contre un. Si t’es un peu frêle physiquement, ça va être très laborieux. L’ajustement pour un jeune dans la LNH à sa première année, c’est très difficile.

À moins d’être un surdoué à la Auston Matthews ou Connor McDavid, la plupart des jeunes vont être confrontés à ces difficultés-là.