Quebec

Crédit : Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

LHJMQ

Duel fratricide en vue

Publié | Mis à jour

Devenus les meilleurs amis du monde pendant leurs trois saisons avec les Huskies de Rouyn-Noranda, Félix Bibeau et Rafaël Harvey-Pinard promettent de se livrer à ce qui s’apparentera à une lutte fratricide pour leurs retrouvailles sur la patinoire du Centre Vidéotron dans des uniformes différents.

Harvey-Pinard et ses Saguenéens se mesureront aux Remparts de Bibeau pour ce premier affrontement entre les deux amigos depuis leur printemps glorieux durant lequel ils ont soulevé la coupe du Président et la coupe Memorial. Ils avaient chacun été échangés dans les semaines suivantes à leur nouvelle équipe en marge des assises annuelles de la LHJMQ.

«C’était mon meilleur ami là-bas et ça va être spécial. Il est venu deux, trois fois chez nous cet été. C’est tout un compétiteur. C’est un joueur avec qui j’ai développé une chimie incroyable dans mes trois années là-bas. Je pense qu’on n’a pas fait une présence l’un sans l’autre. C’est une bonne personne, et en plus, il a été nommé capitaine. Je suis super content pour lui», a lancé Bibeau, qui porte lui aussi le «C».

Ensemble, l’inséparable duo a amassé un total de 328 points en saison régulière, dont 131 buts, en plus de mener la formation abitibienne vers un premier titre national.

Date encerclée

L’une des premières actions d’Harvey-Pinard à titre de membre des Sags a d’ailleurs été d’encercler la date du 11 octobre à son calendrier. À l’instar de Bibeau, il a employé l’adjectif de circonstances pour parler de ce rendez-vous attendu.

«Dès que j’ai été échangé, la première chose que j’ai faite, c’est de regarder mes matchs contre mes anciens coéquipiers. Le premier était contre William Cyr [contre Boisbriand] et ensuite il y avait celui à Québec contre Félix. Ça va être un moment assez spécial de jouer contre lui», a-t-il confié en entrevue téléphonique avec Le Journal.

Pour le natif d’Arvida qui termine son stage junior en enfilant l’uniforme de l’équipe de son enfance, leur personnalité respective a été déterminante pour forger cette profonde relation d’amitié dès leur premier camp à Rouyn-Noranda en 2015.

«Nos caractères ont vraiment fitté. Je suis un gars qui mène par l’exemple, Félix aussi, mais il parle beaucoup. Nos caractères ont fait qu’on a vraiment bien fitté», a avoué l’attaquant des Saguenéens, qui a soupé avec son pote lorsqu’il participait au camp des recrues du Canadien, à Brossard.

Amitié sur pause

Mais ce lien unique sera mis sur pause le temps de quelques heures, vendredi soir. D’un côté comme de l’autre de la Réserve faunique des Laurentides, il n’y aura aucune place pour des cadeaux.

«Oui, c’est mon chum, et je ne sais même pas s’il y aura une cérémonie avant, et si tel est le cas, je serai content de lui serrer la main, mais quand la rondelle tombe, si tu lui laisses un pouce, il va en prendre deux. Je le connais, c’est un gars de même, et il est reconnu à travers la ligue pour son éthique de travail. Ça va être de bonne guerre», a débité le capitaine des Remparts avec le sourire.

«Je ne l’ai pas encore texté [à ce sujet]. Ça ira probablement après le match contre les Cataractes [jeudi soir] ou demain matin [vendredi matin]. Cela dit, on joue dans deux équipes différentes et on va se donner aucune chance. On est deux gars très compétitifs», a tranché Harvey-Pinard, prêt pour une soirée fertile en émotions.

De la grosse visite

Deuxièmes au pays selon le plus récent classement national, les Saguenéens s’amènent à Québec avec tout un arsenal offensif.

«Je les vois comme étant l’une des meilleures équipes de la ligue, alors ce sera un bon test pour notre équipe», a mentionné le grand patron des opérations hockey des Remparts, Patrick Roy, dont la troupe sera en quête d’un premier gain à domicile cette saison.

«Ça va nous permettre de voir où on est rendus comme groupe, mais il faut jouer comme on en est capable. Il faut être meilleur dans certaines prises de décision pour ne pas créer de surnombres, car si on crée des surnombres, ils vont en profiter.»

Si d’aucuns considèrent qu’Hendrix Lapierre sera le deuxième Québécois appelé au prochain repêchage de la Ligue nationale, Roy ne mettra pas tous ses œufs dans le même panier en matière de surveillance.

«Il y a plus de joueurs à surveiller qu’Hendrix Lapierre. C’est un très bon joueur, mais [avec] les Harvey-Pinard, [Ethan] Crossman et cie, ils ont une belle profondeur au niveau de leur offensive. Ses quatre trios sont excellents, et à l’arrière, ses défenseurs semblent bien se débrouiller. Je sais comment Yanick [Jean, l’entraîneur-chef] va jouer. Il va jouer un match serré. Ce sera à nous de bien travailler autant au niveau offensif que défensif.»

Gaucher en progression

Auteur de son premier but en carrière dans la LHJMQ le week-end dernier, la recrue Nathan Gaucher estime être de plus en plus confortable avec le calibre de jeu du hockey junior. Comme il en prend désormais l’habitude, il a été l’un des derniers joueurs à quitter la glace à la fin de l’entraînement, jeudi matin.

«C’était un bon sentiment de marquer. C’est assez difficile de rentrer dans une nouvelle ligue, tout va plus vite, mais je me sens plus confiant avec la rondelle», a dévoilé le centre format géant, qui se plaît à évoluer aux côtés d’Édouard St-Laurent et de Yu Sato.

«On veut être patient avec nos joueurs, on veut les mettre dans les bonnes chaises et c’est sûr qu’il profite de la blessure à Sergeev. Il progresse bien. Sincèrement, je suis content de le voir progresser de semaine en semaine», a renchéri son entraîneur.