Crédit : AFP

LNH

Cinq vétérans toujours sans contrat

Publié | Mis à jour

Même si la saison 2019-2020 de la Ligue nationale de hockey est commencé depuis une semaine, il y a toujours quelques vétérans qui sont sans contrat.

Mardi, Patrick Marleau s'est entendu avec les Sharks de San Jose, retournant ainsi là où tout a commencé pour lui.

Mais il n'était pas le seul dans cette situation. Voici cinq joueurs qui pourraient trouver preneur dans les prochaines semaines si certaines équipes voient des joueurs tomber au combat.

Thomas Vanek

L'attaquant de 35 ans est le joueur qui a récolté le plus de points (36) la saison dernière parmi ceux qui sont toujours sans contrat.

L'Autrichien n'a pas été aussi efficace que par le passé ces dernières années, mais il demeure une bonne option pour une équipe qui aurait besoin d'un marqueur en avantage numérique.

Jason Pominville

À l'instar de Vanek, le Québécois de 36 ans a ralenti au cours des dernières saisons, mais il a tout de même trouvé le fond du filet à 16 reprises la saison dernière.

Il pourrait définitivement aider une équipe qui perdrait deux ou trois attaquants importants à la suite de blessures.

Brian Boyle

L’attaquant format géant de 34 ans est le joueur qui a récolté le plus de buts (18) l’an dernier parmi ceux qui sont sans contrat à l’heure actuelle.

Contrairement à Vanek et Pominville, il peut apporter de la robustesse et une présence physique devant le filet sur les deux derniers trios d’une formation.

Troy Brouwer

Comme Boyle, Brouwer est plus polyvalent que Vanek et Pominville et il peut ainsi aider plusieurs équipes qui voudraient ajouter un vétéran en cours de campagne.

Avec un contrat de moins d’un million $ l’an dernier, avec les Panthers de la Floride, il a amassé 21 points, dont 12 buts, en plus de montrer un différentiel de -6.

Dion Phaneuf

Le robuste défenseur n’est vraiment plus ce qu’il a déjà été, mais son expérience et son apport au niveau physique pourrait tenter une équipe qui perdrait un ou deux défenseurs en raison de blessures.

S’il est prêt à accepter un «petit salaire», il pourrait bien se trouver du boulot.