Olivier Renard

Photo : Olivier Renard Crédit : PIerre-Paul Poulin / JdeM

Impact

Grosse pile de dossiers pour Olivier Renard

Publié | Mis à jour

La saison de l'Impact de Montréal est à peine terminée, et le nouveau directeur sportif Olivier Renard est en poste depuis moins de deux semaines, mais la pile de dossiers sur son bureau est déjà impressionnante.

On pensait bien qu’il en avait réglé un en annonçant qu’il activerait l’option pour la saison prochaine sur le contrat d’Ignacio Piatti, mais considérant la façon dont se sont déroulées les choses mardi, lors du bilan, ça semble loin d’être réglé.

Après avoir rencontré la direction qui lui a fait part de la nouvelle qui devait être positive, Piatti a alors choisi de quitter le Centre Nutrilait sans rencontrer les journalistes.

On en déduit donc que Piatti voulait sans doute quitter, et que la décision de l’Impact d’annoncer qu’il activera l’option le place dans une situation où il sera pris en otage, ce qui limitera ses options cet hiver, même s’il a affirmé la semaine passée qu’il voulait revenir. On comprend la décision de l’Impact, qui ne veut pas perdre Piatti en n’ayant rien en retour.

Il y a aussi le dossier de Samuel Piette à régler. Le favori de la foule n’a pas de contrat pour 2020 et il commandera une bonne augmentation de salaire. C’est un dossier qui aurait dû être réglé au cours de l’été, mais comme il n’y avait pas de directeur sportif...

L’entraîneur

Renard va ensuite devoir se pencher sur le sort de Wilmer Cabrera, qui a remplacé Rémi Garde comme entraîneur-chef dans des circonstances difficiles.

C’est évidemment un dossier prioritaire puisque l’entraîneur aura son mot à dire sur les prochains mouvements de personnel, qui seront importants pour l’avenir à court terme de l’équipe.

Les joueurs ont semblé aimer le Colombien, même si ses résultats ont été mitigés. Cabrera parlait comme un homme qui ne sera pas de retour, lors du bilan.

Est-ce que Renard va opter pour la continuité ou va-t-il choisir son homme ? Là est toute la question.

Bush ou Diop?

La question des gardiens de but est également importante puisque Clément Diop n’a pas de contrat pour la saison prochaine et, de la façon dont il a terminé celle-ci, il faut le retenir à Montréal.

Les performances d’Evan Bush, qui est sous contrat pour deux autres années, ont été ordinaires en 2019. L’équipe semble à la croisée des chemins chez les gardiens.

Juste devant ceux-ci, il va falloir décider ce que l’on fait avec les expérimentés défenseurs Bacary Sagna, 36 ans, et Rod Fanni, 37 ans. Ce sont deux joueurs d’expérience qui peuvent encore aider l’équipe, mais Renard a parlé de rajeunir la formation.

À gauche, Daniel Lovitz n’a pas de contrat pour 2020 et a perdu des plumes au cours de la dernière saison. Y a-t-il un départ en vue? Le dossier de Rudy Camacho doit aussi être réévalué quand on tient compte de son salaire de 749 000 $, lui dont le contrat est valide pour deux autres années. Il a rendu de bons services, mais il coûte très cher.

À ne pas négliger non plus, le jeune Zachary Brault-Guillard, dont le prêt de Lyon vient à échéance en décembre et qui pourrait être un bel atout si l’Impact peut le retenir.

Attaque

Le onze montréalais a présenté du jeu terne cette saison, et une soirée au stade Saputo était beaucoup moins amusante que par le passé.

Olivier Renard va devoir trouver un attaquant électrisant qui peut marquer des buts et pourquoi pas un milieu offensif créatif, histoire de ramener le plaisir au stade.

Dans la foulée, Renard devra évaluer les dossiers d’Orji Okwonkwo et de Ballou Tabla, dont les prêts se terminent en décembre.

Le premier ne semblait pas emballé à l’idée de revenir dans la MLS l’an prochain, même s’il semble fait pour y jouer. Le second n’a pas eu l’impact souhaité à son retour, mais rester à la maison pour développer son professionnalisme ne serait pas une vilaine chose.

Gilmore occupé

Le président, Kevin Gilmore, a lui aussi des dossiers à régler cet hiver. Il doit notamment s’entourer de gens de marketing efficaces qui vont mieux vendre son produit.

Cette équipe-là est en déficit d’intérêt à la suite d’une saison particulièrement difficile et décevante, et ça doit changer.

Si la volonté est d’en faire l’une des formations modèles de la MLS, comme l’a déjà affirmé Gilmore, il y a énormément de travail à abattre parce qu’on est encore loin du compte.

Un premier pas dans la bonne direction serait de voir Gilmore et Renard réfléchir sérieusement au retour d’une équipe de réserve afin que les jeunes espoirs de l’équipe puissent se développer plus rapidement. Il y a trop de jeunes talents en manque de temps de jeu.

Bâtir une tradition gagnante, ça commence par la base et, en ce moment, les racines ne sont pas bien fortes.