HKO-HKN-SPO-PHILADELPHIA-FLYERS-V-NEW-JERSEY-DEVILS

Crédit : AFP

LNH

Claude Giroux, un héritage à construire

Publié | Mis à jour

Alain Vigneault a déjà quelques points en commun avec son capitaine chez les Flyers, Claude Giroux. Il n’y a pas juste la langue. Il y a aussi les Olympiques de Gatineau comme alma mater et un désir de gagner.

«Je n’ai pas encore parlé à Claude de ses jours avec les Olympiques, a dit Vigneault lors d’un long entretien au Journal. Je lui ai téléphoné au cours de l’été. Nous passons nos étés en Outaouais. Il reste à Ottawa et moi je suis à Hull (Gatineau). Un mois avant le camp, nous nous sommes rencontrés dans un hôtel d’Ottawa. Nous avons jasé pendant deux ou trois heures. Il me parlait de Philadelphie et des Flyers, et je lui expliquais ce qui m’a poussé à revenir coacher.»

«Nous voulons tous les deux la même chose, a-t-il poursuivi. Je ne rentrerai pas trop dans les détails, mais Claude m’a beaucoup parlé de l’héritage qu’il veut laisser. Il n’aime pas le fait qu’il n’a toujours rien gagné comme capitaine des Flyers. Je lui ai dit que je partais pour Philadelphie avec une idée en tête et que c’était pour gagner. J’ai une belle relation avec Claude, nous avons bien des atomes crochus.»

Crosby 3, Giroux 0

Les Flyers n’ont pas soulevé la coupe Stanley depuis 1975. Ça remonte à l’époque des «Broad Street Bullies». Ça fait donc près de 45 ans de sécheresse. L’autre équipe de la Pennsylvanie, les Penguins de Pittsburgh, ont remporté cinq fois la coupe Stanley pendant ce temps, dont trois fois depuis 2009.

Sidney Crosby a donc gravé son nom à trois reprises sur ce trophée. Giroux n’évoquera pas le nom de Crosby ou des Penguins. Mais ça doit le chatouiller intérieurement de voir l’ennemi juré avec autant de sacres.

«Je sais que je n’ai toujours rien gagné, a mentionné Giroux. Je veux conduire mon équipe en séries et encore plus loin. Et j’aime les propos d’Alain depuis son arrivée ici. C’est exactement ce que je veux entendre. Il y a parfois des gars qui ont peur de parler de leurs objectifs. Il n’y a rien de mal à dire que nous avons de grandes ambitions. Alain n’a pas peur d’en parler. C’est ça l’objectif, nous voulons remporter la coupe Stanley dans un avenir rapproché.»

Suivre Vigneault

Dans un autre coin du vestiaire des Flyers au centre d’entraînement à Voorhees, Sean Couturier a tenu un discours très semblable à celui de son capitaine.

«Nous avons beaucoup d’expérience derrière le banc, a rappelé Couturier. Alain Vigneault a connu énormément de succès dans la LNH depuis plus de 10 ans. Il a amené deux équipes en finale de la Coupe Stanley. Il sait ce que ça prend pour gagner et se rendre loin. Nous devrons embarquer dans son système pour le suivre.»

«Nous avons une bonne équipe sur papier. C’est une chose, mais ça ne vaut rien si nous ne le démontrons pas sur la patinoire. C’est possible d’y croire. C’est le rêve de tous les joueurs et entraîneurs. Notre DG, Chuck Fletcher, a fait de bons changements. Il nous a procuré encore plus de confiance.»

Exclus des séries au cours des deux dernières années, les Flyers ont comme première mission d’atteindre les séries. Pour une fois, ils devraient compter sur un bon gardien avec le jeune Carter Hart. Et ils ne manquent pas de bonnes têtes de hockey derrière le banc avec Vigneault, Michel Therrien, Mike Yeo et Ian Laperrière.