Canadiens

Keith Kinkaid doit être prêt

Publié | Mis à jour

Qu’est-ce qu’Alex Auld, Dustin Tokarski, Jaroslav Halak, Mike Condon et Peter Budaj ont en commun ? Ils n’ont jamais protégé le filet du Canadien dans une soirée d’ouverture locale depuis que Carey Price occupe le poste de gardien numéro 1.

Même si l’entraîneur-chef Claude Julien n’a pas dévoilé son jeu tout juste avant de mettre le cap sur Buffalo en vue du troisième match de la saison, il ne faut pas être un grand devin pour avancer que Keith Kinkaid protégera le filet du Tricolore face aux Sabres, mercredi soir.

La veille, Julien avait laissé savoir que le gardien auxiliaire serait utilisé dans l’un des trois matchs au calendrier cette semaine. Or, avec deux rencontres en autant de jours, dont l’ouverture locale au Centre Bell jeudi soir, et la visite des champions de la Coupe Stanley, les Blues de Saint Louis, samedi, inutile de jouer les cachottiers. Surtout que Price garde rarement le filet à Buffalo, comme l’a mentionné le confrère Jonathan Bernier, mardi.

Si Kinkaid devait être entre les poteaux jeudi face aux Red Wings, on y verrait un flagrant manque de respect envers les partisans ayant payé le gros prix pour assister au match d’ouverture. Impossible qu’un gardien vedette payé 10,5 M$ cette année regarde ce duel confortablement installé au bout du banc en se contentant d’ouvrir et de fermer la porte.

D’autant plus que depuis son arrivée à Montréal en 2007-2008, Price a manqué seulement deux matchs inauguraux. D’abord, le 13 octobre 2007, il secondait Cristobal Huet lors de la visite des Hurricanes de la Caroline à sa première campagne dans la LNH. Et le 18 octobre 2016, Al Montoya blanchissait les Penguins de Pittsburgh alors que Charlie Lindgren était l’auxiliaire. Price souffrait alors d’une sévère grippe.

Baptême du feu

Mardi, c’est Kinkaid qui a mené la séance d’étirements après un entraînement d’une cinquantaine de minutes au Complexe Bell.

En point de presse, Julien a refusé de s’avancer sur le sujet du gardien partant. Sûrement pour garder la surprise aux Sabres, qui n’ont toujours pas connu la défaite en temps régulier en trois sorties...

«Je vais annoncer à mes gardiens plus tard aujourd’hui [mardi] qui affrontera les Sabres. Et demain [mercredi], il me fera plaisir de vous l’annoncer. Pour l’instant, la décision finale n’est pas encore prise. On a dit qu’il n’était pas question que Carey joue trois matchs cette semaine. On verra donc lesquels il jouera», a souligné Julien.

Celui-ci a du même coup indiqué qu’il a observé une progression positive de Kinkaid depuis le camp d’entraînement. Au New Jersey l’an dernier, le portier avait affiché une moyenne de 3,36 buts alloués par match et un taux d’efficacité de ,891.

Patient et légèrement nerveux

Dans l’attente de la confirmation, le nouveau venu disait avoir hâte d’obtenir son premier départ dans l’uniforme du CH.

«Il faut que je sois patient. Mais c’est correct, a exprimé celui qui est destiné à jouer une vingtaine de matchs cette saison. Je suis un peu nerveux. C’est bon. Je dois tourner ça en énergie positive. Reste que je suis excité à l’idée de briser la glace. J’espère qu’on gagnera.»

Jeune et fougueuse, la troupe de Ralph Krueger est une menace constante.

En plus d’être efficace à la ligne bleue, le jeune défenseur Rasmus Dahlin distribue les passes payantes, lui qui compte cinq points en trois matchs. À l’attaque, il ne faut pas lâcher des yeux Victor Olofsson, Sam Reinhart, Jeff Skinner et Jack Eichel.

«On sait qu’ils sont vraiment dangereux. Il faut limiter leur temps et leur espace sur la glace pour éviter de les laisser exécuter leur jeu, a expliqué Brendan Gallagher. Il ne faudra pas les lâcher d’une semelle avec notre vitesse. Il faudra être combatif.»

Blessé au bas du dos, Nick Cousins n’a pas sauté sur la patinoire lors de l’entraînement. Il n’a pas fait le voyage vers Buffalo.

Shea Weber a quant à lui profité d’une journée de repos, mardi. Aucune crainte, Claude Julien adoptera cette approche cette saison selon le nombre de matchs et le temps d’utilisation de chacun.