Divisional Series - Houston Astros v Tampa Bay Rays - Game Three

Crédit : AFP

MLB

Rays: l’espoir renaît à Tampa

Publié | Mis à jour

La Ville de Tampa veut à nouveau essayer de convaincre les Rays d’évoluer à temps plein dans le comté de Hillsborough au-delà de la saison 2027, ce qui ne représenterait pas de bonnes nouvelles pour le groupe de l’homme d’affaires montréalais Stephen Bronfman.

Responsable de la politique et de l’engagement public à la Ville de St. Petersburg, Kevin King a indiqué au quotidien Tampa Bay Times, par le biais de propos de l’administrateur du comté Mike Merrill, que sa municipalité n’était pas opposée à l’idée de voir Tampa et Hillsborough négocier avec les Rays.

Pourtant, le projet de nouveau stade dans l’arrondissement d’Ybor City est mort dans l’œuf en décembre dernier et l’équipe du baseball majeur doit composer avec un bail l’obligeant à jouer au Tropicana Field de St. Petersburg jusqu’à la fin de la campagne 2027.

«Ce sont de bonnes nouvelles, a déclaré Merrill. Il s’agit de la nouvelle la plus positive ayant sorti depuis très longtemps.»

Un maire qui cache ses cartes

Ainsi, le maire de St. Petersburg, Rick Kriseman, pourrait avoir mis de l’eau dans son vin, lui qui avait d’abord écarté de nouveaux pourparlers avec les dirigeants de Hillsborough dont le siège est situé à Tampa.

Par ailleurs, l’administration de Kriseman avait aussi indiqué au journal local que les discussions relatives à la garde partagée des Rays avec les gens de Montréal ne constituaient pas une violation de son contrat et étaient purement à titre informatif. Ce scénario, aux yeux de la Ville, concernait l’après-2027 en dépit des déclarations du propriétaire du club, Stuart Sternberg, qui se disait prêt à aller de l’avant avec cette option dès 2024.

D’après Merrill, la position de Kriseman pourrait donc avoir changé, et ce, malgré une relation tendue entre les divers intervenants.

«Peu importe, ça ne compte pas rendu là», a affirmé Merrill au sujet d’une conversation téléphonique houleuse qu’il avait eue avec le maire plus tôt cette année.

En attente

Pour sa part, la mairesse de Tampa, Jane Castor, est enthousiaste quant à la suite du dossier et se dit prête à «attendre patiemment» l’autorisation de son vis-à-vis de St. Petersburg pour reprendre les discussions.

«Voilà d’excellentes nouvelles. On envisage d’autres pourparlers avec le comté et les Rays. Nous pouvons collaborer afin que l’équipe continue de jouer ici à la maison, soit la région de Tampa Bay.»

Interrogé par le quotidien, le commissaire de Hillsborough, Ken Hagan, a confirmé son intention de contacter le club de baseball au terme de son parcours en séries éliminatoires. Son comté prioriserait la construction d’un stade dans le quartier d’Ybor City, tel que prévu au départ. L’an passé, le coût de construction était estimé à 1 milliard $.

Conséquemment, les Rays pourraient-ils jouer à temps plein à Tampa et laisser tomber Montréal? Hagan avait ceci à répondre.

«Certainement, oui», ajoutant qu’il espère convaincre Sternberg à cet égard.

Par ailleurs, les Rays n’ont pas commenté ces récentes informations au Tampa Bay Times.

Le discours de Bronfman publié

Par ailleurs, l’Office de consultations publiques de Montréal (OCPM) a diffusé sur son site web mardi une version écrite de la présentation de l’homme d’affaires Stephen Bronfman faite cinq jours auparavant.

Le mémoire de neuf pages rappelle les principaux objectifs du Groupe baseball Montréal, qui souhaite faire construire un stade dans le secteur Bridge-Bonaventure, c’est-à-dire sur des terrains adjacents aux bassins Peel et Wellington. Ceux-ci appartiennent à la Société immobilière du Canada, mais la Ville de Montréal a exercé son droit de préemption à cet égard.

En plus de l’infrastructure potentielle de baseball, Bronfman a évoqué divers services et activités susceptibles d’être offerts, dont une clinique de médecine sportive, un centre de réhabilitation à vocation communautaire, un centre d'interprétation de l'histoire du secteur, un lieu pour accueillir le Panthéon des sports du Québec et un centre de conditionnement physique.

Le stade pourrait aussi permettre la tenue d’une Classique hivernale de la Ligue nationale de hockey et des spectacles, ainsi que l’aménagement d’un parc de planches à neige et d’une patinoire communautaire l’hiver.

«L'implantation d'une station du REM permettrait de jouer un rôle de premier plan dans la transformation du secteur et constituerait une occasion de créer un milieu plus diversifié, dynamique et durable, articulé autour de la station», avait indiqué Bronfman.

«Nous identifierons les organismes que nous consulterons au cours des prochains mois. Le choix des thèmes devrait faciliter les échanges et nous aider à cibler les pistes à poursuivre et à approfondir, avait-il ajouté. Nous réaliserons cette démarche de manière transparente avec l'OCPM et, comme nous n'avons aucun plan des installations proposées, nous pourrons être très ouverts et imaginatifs.»

L’OCPM doit déposer son rapport incluant ses recommandations au conseil municipal et au comité exécutif au début de 2020.