Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LCF

Jim Popp congédié par les Argonauts

Publié | Mis à jour

Les Argonauts de Toronto ont congédié leur directeur général Jim Popp et l’ont remplacé par leur ancien joueur-vedette Michael «Pinball» Clemons, mardi.

Popp avait été engagé par les «Argos» en février 2017 après avoir occupé le même poste pendant plus de 10 ans avec les Alouettes de Montréal. Cette année-là, lui et l'entraîneur-chef Marc Trestman ont mené la formation de la Ville Reine à la coupe Grey. Cependant, la suite n’a pas été convaincante. Toronto n'a cumulé que deux victoires en 14 rencontres cette saison et a présenté le pire dossier (4-14) de la Ligue canadienne de football il y a un an.

Les «Argos» ont d’ailleurs subi un cuisant revers de 55 à 8 face aux Lions de la Colombie-Britannique, samedi.

«J’ai informé Jim hier [lundi] de notre intention de ne pas renouveler son entente quand elle allait se terminer à la fin de l’année. Afin d’entamer notre transition, il a renoncé à ses fonctions de DG, mais demeurera disponible pour épauler notre groupe de propriétaires et l’équipe de direction», a déclaré dans un communiqué le président Bill Manning.

«Cette saison, il est clair à mes yeux que notre formation manque une identité et une culture gagnante nous ayant permis de gagner plusieurs coupes Grey. Un changement était requis pour ramener les Argonauts sur la voie du championnat, a-t-il poursuivi. Michael Clemons personnifie cette organisation. [...] Sa passion pour le club et la ville, ainsi que son vécu de champion, auront un impact profond sur le cheminement de ce groupe.»

Clemons était auparavant président et chef de la direction-adjoint. Il a joué 12 ans (1989-2000) à Toronto, amassant 25 438 verges en attaque et soulevant trois fois la coupe Grey comme footballeur. Il a effectué deux séjours sur les lignes de côté en tant qu’instructeur-chef, décrochant un titre en 2004.

«C’est une opportunité de prendre de l’avance sur la saison 2020, a indiqué Clemons au site internet de la LCF. [...] Nous aurions préféré faire les éliminatoires, mais cela nous donne un petit avantage concurrentiel en termes d’évaluation. C’est notre devoir de regarder l’ensemble de nos composantes.»

L’équipe ontarienne doit encore disputer quatre parties d’ici la fin de la campagne, incluant celle du 18 octobre contre les Alouettes au Stade Percival-Molson.