Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

Boxe

David Lemieux de retour en décembre

Publié | Mis à jour

Après plusieurs mois marqués par une remise en forme et des négociations ardues, David Lemieux a enfin une date pour son retour sur le ring. Il sera la tête d’affiche du gala d’Eye of the Tiger Management qui aura lieu le 7 décembre au Centre Bell.

Lemieux (40-4, 34 K.-O.) affrontera l’Ukrainien Max Bursak (34-5-2, 15 K.-O.) pour son premier affrontement chez les super-moyens (168 lb). Le Québécois devra se méfier de Bursak qui ne lui donnera pas la victoire sur un plateau d’argent.

«Je suis très content parce que j’ai enfin une date et en plus, c’est chez moi, a expliqué David Lemieux. Je vais avoir un adversaire coriace devant moi. C’est le moment parfait pour mon retour sur le ring.

«Je suis motivé et j’ai hâte de livrer la marchandise.»

Le dernier combat de Lemieux au Centre Bell remonte au 22 octobre 2016. Dans le monde de la boxe, c’est une éternité. Depuis cette soirée de travail contre Cristian Fabian Rios, Lemieux a connu des hauts et des bas dans sa carrière.

Il a continué de collecter les knockouts spectaculaires, mais son corps lui a donné quelques avertissements. Il n’a pas vu d’action depuis sa victoire contre Gary O’Sullivan en septembre 2018.

«J’ai fait les étapes nécessaires pour me remettre sur pieds et soigner mes petits bobos», a-t-il précisé au sujet de sa pause de 15 mois.

Le projet Canelo

Depuis plus de trois ans, Lemieux et son promoteur Camille Estephan veulent organiser un choc contre Canelo Alvarez. Le président de Golden Boy Eric Gomez avait même parlé de cette possibilité en 2016 au représentant du «Journal de Montréal».

Pour une raison ou une autre, ce duel n’a pas encore eu lieu. Toutefois, Lemieux et son équipe n’ont pas encore lancé la serviette sur ce projet.

«On devait l’affronter à plusieurs reprises. Il y avait même eu une annonce à un moment donné, a raconté le puissant cogneur. Je crois qu’il n’a pas aimé ce que j’ai fait à O’Sullivan (knockout en moins d’une minute).

Après, il s’est assis avec son équipe et il a décidé d’affronter le professeur de mathématiques (Rocky Fielding) au lieu de moi. Ils savent ce que je peux amener à la table.»

Pendant plusieurs années, Alvarez n’était pas prêt à monter de catégorie. Cette excuse ne tient plus la route depuis qu’il s’est battu chez les 168 lb et qu’il verra de l’action chez les mi-lourds en novembre.

En raison de sa popularité et de son énorme contrat qu’il possède avec DAZN, Alvarez est dans le siège du conducteur. Il a un gros pouvoir décisionnel sur les adversaires qu’il affronte.

Est-ce qu’il voudra donner une chance à Lemieux un jour? C’est une question à plusieurs millions de dollars.

Des lourds mis à l’épreuve

Selon le promoteur Camille Estephan, les amateurs auront droit à trois finales lors de la soirée du 7 décembre. En plus du combat Lemieux-Bursak, les poids lourds Simon Kean et Arslanbek Makhmudov auront des duels intéressants au menu.

Kean (17-1, 16 K.-O.) croisera le fer avec l’ancien champion du monde Siarhei Liakhovich (27-7, 17 K.-O.). Un duel qui aurait dû avoir lieu l’an dernier, mais la défaite du Trifluvien contre Dillon Carman avait retardé le projet.

Pour ce qui est de Makhmudov, il affrontera Samuel Peter (38-8, 31 K.-O.). Le Nigérien a affronté plusieurs grosses pointures des lourds, dont les frères Klitschko. Il a ralenti au cours des dernières années, mais il est encore dangereux avec sa force de frappe. Le protégé de Marc Ramsay devra avoir les mains hautes du début à la fin.