HKO-HKN-SPO-PITTSBURGH-PENGUINS-V-CAROLINA-HURRICANES

Crédit : AFP

LNH

Des Hurricanes impressionnants

Publié | Mis à jour

Parmi les équipes connaissant un excellent début de saison, il y a les Hurricanes de la Caroline, toujours invaincus après trois rencontres au cours desquelles la vitesse les a bien servis.

Au cours de leur match inaugural, les hommes de l’entraîneur-chef Rod Brind’Amour ont disputé une partie des plus enlevantes contre le Canadien de Montréal, jeudi. Ils ont finalement eu le dessus 4 à 3 en fusillade, poivrant le gardien Carey Price de 19 tirs au troisième vingt et de 43 au total.

Deux jours plus tard, avec le substitut James Reimer devant leur filet, les Ouragans ont eu raison des Capitals de Washington 3 à 2 en prolongation dans un duel-revanche de la série de premier tour ayant opposé les deux formations le printemps dernier.

Finalement, les «Canes» n’ont pas paru essoufflés contre le Lightning de Tampa Bay le lendemain. Grâce au but de Jaccob Slavin en temps supplémentaire, ils l’ont emporté 4 à 3, de sorte qu’ils présentent une fiche parfaite de 3-0-0 en début de campagne pour la deuxième fois de l’histoire de la concession. En 1995-1996, les Whalers de Hartford avaient amorcé le calendrier régulier avec quatre triomphes.

«Quand vous devez miser sur tout le monde pour travailler fort et revenir de l’arrière, ce n’est pas l’idéal, mais chaque gars contribue et fait ce qu’il peut. C’est un bon départ pour nous», a affirmé Brind’Amour au site NHL.com.

Fait rarissime

Malgré cette réaction quelque peu tiède, les porte-couleurs de la Caroline peuvent s’encourager. Ils ont notamment dominé le Lightning 44 à 13 au chapitre des tirs, décochant les 16 lancers de la deuxième période. La dernière fois que les Hurricanes n’avaient pas concédé un seul tir pendant un engagement remontait au 3 février 2004 face à l’Avalanche du Colorado.

«Ils jouent du bon hockey, a admis le gardien Curtis McElhinney, qui a dû faire face au barrage en règle de son ancienne équipe à ses dépens. Ils sont agréables à voir à l’œuvre. C’est malheureux de me retrouver du mauvais côté de la feuille de pointage, mais c’était bien de participer à ma première rencontre de la saison ici [à Raleigh].»

Pour sa part, Slavin estime que son club doit s’en tenir aux choses simples et éviter de s’enflammer trop rapidement avec des succès précoces.

«Nous avons un groupe déterminé et on a appris à ne pas se placer dans le pétrin. Certes, jouer deux bonnes premières périodes nous facilitera la tâche. On ne veut pas être obligé de toujours effacer un retard en troisième comme ce fut le cas ici. Toutefois, cela augmentera notre confiance et espérons que nous pourrons continuer ainsi.»