Tony Caldwell/Ottawa Sun/QMI

Crédit : Tony Caldwell/Ottawa Sun/QMI

LNH

Une belle surprise pour Chris Phillips

Publié | Mis à jour

Sans trop faire de bruit, Chris Phillips a rendu de fiers services aux Sénateurs d’Ottawa, qui le remercieront de digne façon en retirant son numéro 4 l’hiver prochain. Le principal intéressé ne s’attendait d’ailleurs pas à un tel honneur.

Cependant, la décision des «Sens» est justifiable. Après tout, Phillips a porté leur uniforme pour 1179 matchs du calendrier régulier, un record de concession. Le premier choix au total du repêchage en 1996 a disputé 17 saisons, inscrivant 288 points durant sa carrière dans la Ligue nationale.

«Ce n’était même pas sur mon radar, a avoué au site NHL.com samedi celui qui sera immortalisé avant la rencontre du 18 février 2020 face aux Sabres de Buffalo. Évidemment, vous grandissez en rêvant de gagner un jour la coupe Stanley. Et c’est tout ce qui compte. Vous ne pensez jamais à voir votre chandail retiré ou à quelque chose du genre.»

Phillips rejoindra ainsi Frank Finnigan et son ex-coéquipier Daniel Alfredsson parmi les joueurs ayant eu droit à une telle récompense à Ottawa.

«À mesure que vous vieillissez et que vous voyez un ancien partenaire obtenir cet honneur, vous commencez à vous dire "peut-être" ou "ce serait bien". Me retrouver au nombre des meilleurs ayant joué pour cette formation et dans la même phrase qu’eux, c’est très spécial.»

Pas seulement une surprise pour lui

Dans les faits, l’homme de 41 ans a été informé des intentions des Sénateurs il y a 3-4 semaines, mais a gardé le secret jusqu’à l’annonce publique faite samedi, quand Phillips a été présenté à la foule du Centre Canadian Tire avant le match contre les Rangers de New York.

Ainsi, sa mère se trouvait dans les gradins et n’avait aucune idée de ce qui allait se passer. La surprise fut totale et émouvante lorsque son fils s’est dirigé au centre de la patinoire pour la mise au jeu protocolaire.

«Ma mère était là et malgré les réseaux sociaux et leur manque de confidentialité de nos jours, elle n’a rien su jusqu’au moment de regarder la vidéo sur l’écran géant pendant que je marchais sur la glace. J’ai été capable de lui faire la surprise. Après, je l’ai vue et il y a eu quelques larmes. Qu’elle soit sur place pour cette annonce et qu’elle n’en sache rien au départ fut très particulier», a-t-il expliqué.