Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

Football universitaire RSEQ

Thomas Bolduc s'établit chez le Rouge et Or

Agence QMI / Richard Boutin

Publié | Mis à jour

Avec deux semaines supplémentaires à s’entraîner avec la première unité, Thomas Bolduc se sent plus à l’aise dans son nouveau rôle de quart-arrière partant.

«J’ai pris confiance et les gars le ressentent, a mentionné le pivot recrue du Rouge et Or de l’Université Laval qui a vécu son baptême des rangs universitaires le 22 septembre contre McGill. Je suis plus confiant dans ma prise de décisions et dans mes passes. Je suis plus en contrôle et je gère mieux le cahier de jeux et les petits détails.»

La semaine de congé tombait à point pour Bolduc. «J’ai pu prendre plus de répétitions avec le premier groupe et développé le synchronisme avec les receveurs. La chimie change d’un quart-arrière à l’autre au niveau de la cadence.»

Pas parfait

Justin Éthier abonde dans le même sens. «Parce que Thomas n’avait obtenu que trois entraînements avec le premier groupe avant son premier départ, il y a des choses avec lesquelles je n’étais pas très confortable, a reconnu le coordonnateur offensif lavallois. La semaine de congé et la longue semaine de préparation avant Concordia lui ont permis d’obtenir des répétitions qu’il n’avait jamais eues. Il s’est familiarisé et il est plus à l’aise. On doit toutefois faire attention parce que tout n’est pas parfait. Tu as beau prendre des répétitions mentales, mais tu dois le vivre sur le terrain. Il y a des jeux qu’il n’avait jamais faits.»

Qu’est-ce que Bolduc souhaite mieux faire à son deuxième départ? «La priorité numéro un est de ne pas provoquer de revirements, mais je vise aussi à augmenter mon taux de réussite, a souligné l’étudiant en relations industrielles qui a complété 12 de ses 25 passes pour 156 verges dans la victoire de 37-17 face à McGill. J’aimerais aussi réussir ma première passe de touché en carrière, mais je dois continuer à faire mon 1/12 uniquement parce qu’il y a tellement de talent autour de moi. Avec la qualité de notre défensive et de nos botteurs, on va sortir gagnant si on ne commet pas de revirements. Je dois réussir la base, soit lancer de bons ballons et effectuer de bonnes remises. Je sais que Justin va me placer dans de bonnes situations.»

Équilibre

Éthier privilégie un bon équilibre, mais l’attaque terrestre va demeurer une partie importante de l’offensive du Rouge et Or. «Au football canadien, l’attaque aérienne est importante, mais nous avons une ligne offensive expérimentée et des porteurs de ballon qui font bien. On ne peut pas s’éloigner de ça. Contre McGill, ce fut difficile de courir en début de match, mais nous sommes demeurés patients et ce fut payant à partir du troisième quart même s’ils remplissaient encore la boîte défensive. On n’a pas le choix de connaître du succès par la course contre ce genre de front.»

Stingers : un changement profitable pour James Tyrrell

James Tyrrell est en feu depuis le début de la saison.

Avec 42 réceptions pour des gains de 602 verges en cinq parties, l’ailier espacé des Stingers de Concordia domine le RSEQ dans les deux catégories. À ses quatre premières campagnes, il avait capté 37 passes.

Brad Collinson identifie un aspect qui explique en partie ce début de saison sur les chapeaux de roues. «On l’a déplacé de demi-inséré à ailier espacé et ça l’aide énormément, a souligné l’entraîneur-chef des Stingers. Il est rapide, explosif et il est en mesure de créer de la séparation. Il possède de grandes qualités athlétiques. Il est tannant à couvrir et ça ouvre des fenêtres pour d’autres.»

«Notre nouveau système offensif et le coaching de son entraîneur de position expliquent aussi ses succès, d’ajouter Collinson. James comprend exactement ce qu’on veut faire.»

Nouveau système

Embauché pendant la saison morte, Alex Surprenant a instauré un nouveau système offensif. Le RPO (run pass option) est à l’honneur chez les Stingers. «C’est notre identité en premier essai, convient Collinson, mais on ne fait pas seulement ça. En deuxième essai et long, on doit lancer le ballon et on a développé de bons concepts de passes. Adam [Vance] gère bien la situation. Il est à l’aise dans ce système qu’il pratiquait quand il jouait aux États-Unis. Il prend confiance. Ça aide beaucoup de miser sur un quart-arrière de 5e année.»

Défensivement, les Stingers devront trouver une façon de ralentir l’attaque terrestre du Rouge et Or qui a amassé 342 verges lors du premier duel entre les deux équipes. «Nous avons été éprouvés par les blessures sur la ligne défensive, a indiqué Collinson. On veut garder les choses simples et jouer vite. Pendant notre semaine de congé, on a travaillé pour identifier nos 12 meilleurs joueurs en défensive.»