Tennis

La séquence victorieuse de Bianca Andreescu s'arrête

Publié | Mis à jour

Bianca Andreescu devait bien perdre un jour ou l’autre. La série de victoires de la jeune Canadienne s’est ainsi arrêtée à 17, jeudi, subissant la défaite contre la Japonaise Naomi Osaka lors des quarts de finale du tournoi de Pékin.

Andreescu, sixième au monde, s’est inclinée en trois manches de 5-7, 6-3 et 6-4 contre la quatrième raquette mondiale. Il s’agissait de sa première défaite en carrière face à une joueuse du top-10. Aux prises avec un rhume, l’Ontarienne de 19 ans a néanmoins livré une spectaculaire bataille de deux heures et 14 minutes.

«J’ai oublié comment on se sent quand on perd. Honnêtement, c’est vraiment plate et ça ne me manquait pas du tout, a dit Andreescu, dont les propos ont été rapportés par le site de la WTA.

«Au moins, je me suis battue. Ça aurait pu aller d’un côté comme de l’autre. Ce sont des points ici et là qui ont fait la différence. Je suis frustrée, mais en même temps fière de la manière dont j’ai joué aujourd’hui. Je me suis vraiment battue, surtout dans la dernière partie. C’était fou.»

La rencontre était diffusée en direct à TVA Sports et TVA Sports direct.

La joueuse de Mississauga avait remporté ses 17 parties précédentes sur le circuit de la WTA. Elle a par ailleurs gagné 45 des 50 matchs disputés en simple depuis le début de l’année.

Au cours de sa séquence, Andreescu a inscrit six victoires pour remporter la récente Coupe Rogers, sept pour rafler le titre aux Internationaux des États-Unis et trois à Pékin.

La WTA ajoute par ailleurs une victoire à sa série puisqu’elle avait vaincu la Tchèque Marie Bouzkova au premier tour à Roland-Garros avant un forfait pour son match contre l’Américaine Sofia Kenin, à la ronde suivante, ce qui techniquement n’est pas considéré comme une défaite.

Une adversaire redoutable

De son côté, Osaka a admis avoir été plus nerveuse qu’à son habitude en vue de ce match qui était fort attendu. La Japonaise a d’ailleurs été dominée par la Canadienne en début de rencontre. «Je n’arrivais pas à chasser ma nervosité et à retrouver mon explosivité. C’était compliqué. Elle devait se dire : Wow, qu’est-ce qu’elle fait là? Elle a gagné deux tournois du grand chelem comme ça?»

«Évidemment, je l’ai regardé à la télévision, mais c’est différent de jouer contre elle, a dit Osaka au sujet d’Andreescu. C’est une joueuse incroyablement intelligente qui sait quand changer le rythme pendant les échanges pour embêter son adversaire. De l’expérimenter en jouant contre elle, c’était très frustrant.»

En demi-finale, Osaka affrontera la Danoise Caroline Wozniacki, 16e tête de série et détentrice du 19e rang mondial.