Les Partants

La MLS, une ligue à deux vitesses?

Publié | Mis à jour

Pour une troisième année consécutive, l’Impact ne participera pas aux séries de la MLS.

À LIRE AUSSI: Amère déception

Dimanche, la formation de Wilmer Cabrera a bien essayé de rester en vie, mais elle a dû se contenter d’un verdict nul face à Atlanta ce qui l’a écartée complètement de la course.

Après la rencontre, l’entraîneur-chef de l’Impact a reconnu l’effort de ses joueurs, mais aussi le fait qu’ils ne se battaient pas à armes égales.

«J'ai remercié les joueurs. Ils ont essayé. J'ai joué pendant 20 ans et je sais qu'ils ont tout donné. C’était une bonne équipe qui avait plus de talent que nous», a précisé Cabrera en point de presse.

Selon notre analyste Vincent Destouches, il est clair que les moyens financiers peuvent expliquer en partie cette autre exclusion des séries pour l'Impact.

«La MLS commence à être une ligue à deux vitesses», a-t-il expliqué en entrevue à l’émission Les Partants, lundi. «Atlanta a dépensé 50 millions de dollars pour acquérir six joueurs en trois ans! À quel moment l’Impact sera capable de faire ça? Probablement jamais!»

Malgré tout, Destouches est d’avis qu’il ne faut pas seulement mettre la faute sur les moyens financiers et le talent.

«L’Impact a aussi d’autres voies d’obtenir du succès. Ça fait 8 ans qu’on est en MLS, ça commence à être long. Il faudrait embrayer!»

D’ailleurs, malgré l’absence de son joueur le mieux payé Nacho Piatti, l’Impact a connu un bon début de campagne. Ce n’est qu’au milieu de l’été que tout s’est écroulé, ce qui a même mené au renvoi de Rémi Garde avec quelques matchs à jouer.

«Je pense que c’était possible de faire mieux avec cette équipe cette année. Sur le terrain, j’ai l’impression qu’ils ne savaient pas comment jouer ensemble.»

Le XI montréalais conclura sa saison en MLS dimanche prochain face aux Red Bulls de New York au Stade Saputo.

Voyez l’entrevue complète de Vincent Destouches dans la vidéo ci-dessus.

Voyez le reportage d'Andy Mailly-Pressoir ci-dessous