BBA-BBO-SPO-NEW-YORK-YANKEES-V-TORONTO-BLUE-JAYS

Crédit : AFP

Blue Jays - MLB

Vladimir Guerrero fils ne laisse personne indifférent

Publié | Mis à jour

C’était le moment de rassembler son équipement, de poser sa griffe sur les derniers articles promotionnels et de faire ses valises, dimanche au Rogers Center. Au beau milieu du vestiaire des Blue Jays, Vladimir Guerrero fils glissait ses nombreux bâtons dans une grande pochette.

Rayé de l’alignement des Jays une deuxième fois de suite en raison d’une légère blessure au genou, il tirait du même coup un trait sur sa première saison dans les ligues majeures. L’ayant amorcée malgré son jeune âge à 19 ans, Vlad fils n’a pas déçu. Il a prouvé son indéniable talent et veut élever la barre l’an prochain.

Tantôt placé au troisième coussin, tantôt utilisé comme frappeur désigné par son instructeur Charlie Montoyo, Guerrero a livré la marchandise avec sa moyenne au bâton de ,272 et ses 15 circuits lors des 123 matchs auxquels il a participé.

De son propre aveu, il aurait souhaité terminer cette campagne en force, mais le calendrier chargé lui a rappelé qu’une saison professionnelle est éreintante. En septembre, il a manqué de carburant pour traîner ses quelque 250 livres. Contre des équipes de pointe, il a présenté une moyenne au bâton de ,232 en frappant 19 coups sûrs et en marquant cinq points.

«C’était une longue saison. Je suis très satisfait. Je n’avais jamais joué en septembre auparavant. Je vais devoir travailler plus fort à l’entraînement durant la saison morte pour garder la forme dans une longue saison 2020», a-t-il exprimé par l’entremise du traducteur des Jays, Hector Lebron, en entrevue avec Le Journal de Montréal.

Parmi les nombreux faits saillants de sa campagne figure notamment le concours de circuits du match des étoiles disputé à Cleveland en juillet.

Le solide cogneur avait livré une épique bataille à Joc Pederson, des Dodgers, en deuxième ronde, en frappant pas moins de 40 circuits. Mais il s’était incliné par une seule claque devant le long cogneur des Mets de New York, Pete Alonso. Peu importe, il avait fait sa marque avec un total de 91 circuits.

Toujours souriant

En faisant le tour du vestiaire des Jays, on peut constater que Vlad fils ne laisse personne indifférent. Ses coéquipiers ont souvent répété les deux mêmes mots.

«Je le connais depuis si longtemps, ce gars ne me surprend plus. Il possède un talent incroyable », a noté son voisin de casier dans le vestiaire, Bo Bichette. « Il a joué une excellente saison recrue. Il va continuer à s’améliorer. Il a un avenir brillant devant lui.»

«Non seulement est-il habile avec un bâton, mais il l’est aussi dans la vie en ayant toujours du plaisir », a ajouté l’arrêt-court ayant aussi fait ses premières armes dans les grandes ligues cet été. Peu importe ce qui survient, il est toujours souriant. C’est remarquable, car tous les yeux sont rivés sur lui.»

Et pourquoi est-il toujours aussi souriant ?

«Qui ne le serait pas en jouant au baseball dans les majeures à 19 et 20 ans, a répliqué le vétéran Justin Smoke. Tout le monde est impressionné par son attitude positive quotidienne. Il ne change jamais. Ce n’est pas facile et c’est important dans le sport.»

Son instructeur a aussi louangé le jeune homme qu’il a inséré dans l’alignement dès la fin avril.

«Vladdy a fait de l’excellent boulot. Ses attentes étaient trop élevées. Il est encore jeune. Il a traversé des moments plus difficiles, et c’est la meilleure chose qui pouvait lui arriver, a souligné Montoyo. Il a appris de ça. En défensive, il n’a pas cessé de s’améliorer.»

Guerrero rentrera en République dominicaine rapidement rejoindre sa famille et ses deux jeunes filles. Il prendra quelques semaines de repos avant de reprendre l’entraînement en préparation au camp du printemps.

 Les Blue Jays ont clôturé la saison avec une victoire de 8 à 3 face aux Rays de Tampa Bay, dimanche, devant plus de 25 000 spectateurs au Rogers Center.