Crédit : Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

LHJMQ

Remparts: du positif malgré deux défaites à domicile

Publié | Mis à jour

Depuis le début de sa carrière dans la LHJMQ, le gardien Zachary Émond prend goût à savourer la victoire contre les Remparts au Centre Vidéotron. Il en a fait une autre éloquente démonstration samedi après-midi alors que les hommes de Patrick Roy se sont butés au portier des Huskies dans un revers de 3-1 pour subir un balayage dans ce week-end d’ouverture locale.

Auteur de 30 arrêts la veille dans la victoire de 3-2, Émond a été encore meilleur en stoppant 46 des 47 lancers auxquels il a fait face pour guider les siens vers un quatrième gain en cinq sorties dans cette jeune saison, réservant son plus bel arrêt contre Édouard St-Laurent en période médiane.

L’an passé, la fierté de Saint-Cyprien, près de Rivière-du-Loup, s’était offert deux jeux blancs aux dépens de la troupe québécoise. Voilà qu’il vient de gâcher les retrouvailles des Remparts avec leurs partisans!

«Je pense que j’ai fait de bons arrêts en début de match, ça m’a tout de suite permis d’être dans ma zone et après ça a bien été. J’aime bien jouer à Québec ; j’ai une petite raison de plus avec de la famille et des amis qui viennent me voir, ça représente un petit défi de plus et j’aime bien le relever», a résumé l’homme masqué appartenant aux Sharks de San Jose.

Jeu de puissance anémique

Si les Remparts ont décoincé le pointage en première sur un tir frappé de James Malatesta en avantage numérique, ils ont été incapables de faire mal aux visiteurs lors d’un double jeu de puissance. «Il y a des moments clés dans un match et le cinq contre trois a certainement été un moment clé», a reconnu le Diable en chef, Patrick Roy.

Puis, en troisième, ils ont bousillé trois autres occasions avec l’avantage d’un homme malgré une circulation dense devant la cage des Huskies, finissant la journée avec une efficacité de 14,28 % (1 en 7). Samuel Johnson et Ryan MacLelland ont déjoué Carmine-Anthony Pagliarulo alors que Vincent Marleau a fermé les livres dans une cage abandonnée.

«Je pense que si on joue comme on a joué en fin de semaine, on va gagner notre part de matchs à domicile. Il n’y a aucun doute là-dessus. Je considère qu’on aurait certainement mérité un meilleur sort cet après-midi», a déclaré l’entraîneur-chef et directeur général des Remparts, Patrick Roy, encensant aussi le boulot du casseux de party.

Départ canon

Malgré le résultat, Roy a particulièrement apprécié comment ses joueurs sont revenus à la charge au lendemain d’une défaite crève-cœur une quinzaine d’heures plus tôt.

«Je suis satisfait de la manière dont on a joué, mais je ne suis pas content du résultat comme tel. Il y avait de la nervosité hier [vendredi] et perdre comme on a perdu en fin de match, on aurait pu arriver avec la tête entre les deux jambes, mais au contraire, on a rebondi plus fort en première période où on a largement dominé.»

Mario Pouliot n’éprouvait aucune rancune envers Patrick Roy malgré les déclarations de la veille de ce dernier à son égard.

À l’issue du match inaugural au Centre Vidéotron, Roy n’a pas hésité à déverser son fiel sur son homologue, déplorant la manière avec laquelle il gérait ses changements et le fait qu’il parlait constamment aux officiels, qui eux, n’ont rien fait pour corriger la situation, aux yeux du «33». Au lendemain de cette déclaration, Pouliot est resté bon joueur envers le membre du Temple de la renommée du hockey.

«Patrick, c’est un compétiteur, et comme tout le monde, il veut gagner. Il a préparé le prochain match [celui de samedi]. Je tiens toutefois à dire que les Remparts ont fait preuve d’une grande classe en soulignant nos conquêtes avec [Félix] Bibeau à la fin avec la coupe», disait le vétéran entraîneur avant le second duel.

Un voyage de six points

Mine de rien, les Huskies ont complété ce voyage de trois parties, incluant le dénouement positif à Victoriaville mercredi, avec une récolte de six points.

«Quatre points en fin de semaine, six sur le voyage, et huit à nos quatre derniers matchs, c’est la bonne affaire, a lancé Pouliot en point de presse. Il s’est passé exactement ce à quoi on s’attendait après les déclarations de Patrick hier [vendredi] alors qu’on savait qu’on écoperait de pénalités en première période.

«On n’a pas eu le départ qu’on voulait, on a donné 22 lancers, mais on avait aussi laissé notre esprit dans le vestiaire [...] Cette victoire, il faut donner tout le crédit à Zachary.»

Chez les Remparts, Pierrick Dubé, qui a récolté un point dans chacun des quatre matchs jusqu'à maintenant cette saison (sept au total), gardait la tête haute. «On ne peut pas dire qu’on a joué un mauvais match. Hier, on chialait un peu parce qu’on n’avait pas eu d’avantages numériques, mais aujourd’hui, on en a eu en masse et on n’a pas su concrétiser. On peut juste s’en prendre à nous-mêmes.»